Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

dimanche 30 janvier 2011

Night Huntress

Cinquième tome des Sœurs de la Lune avec un retour du chaton aux commandes, et c'est toujours aussi jouissif !

Les Sœurs de le Lune, tome 5 : Night Huntress
de Yasmine Galenorn

Édition : Milady
Sortie le 14 mai 2010


Présentation de l'éditeur :

Manifestement les sorcières du destin ont décidé de s’amuser avec moi !
Mon petit ami Chase murmure le nom d’une autre femme dans son sommeil tandis que le seigneur de l’automne me place au centre de projets très spéciaux. Les choses empirent encore quand Karvanak refait son apparition… et prend Chase en otage. Mes soeurs et moi devons maintenant trouver un moyen de sauver l’homme que j’aime sans mettre en péril la sécurité d’Outremonde et de la Terre…

Mon avis :

Voici le cinquième opus de la série Les sœurs de la lune avec Delilah aux commandes. Nous avions laissé les sœurs d’Artigo dans le désarroi le plus total, avec la perte d’un sceau spirituel sur la conscience, la libération d’une Reine fae plus que menaçante et un Trillian disparu. Camille avait alors décidé d’épouser Flam et Morio, dans le but d’unir leurs forces afin de retrouver le svartan. Autrement dit, ce n’était pas la grande forme, et le début de Night Huntress nous met d’emblée dans une ambiance plutôt guerrière. Il y a un quatrième seau spirituel à sauver des griffes de l’Ombre ailée, sans parler des divers portails qui poussent un peu partout dans Seattle, laissant entrer du Royaume Souterrain les créatures les plus viles. Les sœurs seront malmenées, frôlant la mort à chaque instant.

Pour couronner le tout, Delilah devra faire face à des problèmes de couple. Avec Chase, mais aussi avec son Maître, le Seigneur de l’Automne qui commence à resserrer son emprise. Celle-ci devra apprendre à vivre avec sa quadruple nature : Fae, humaine, garou et fiancée de la mort. Elle marche dans l’ombre et se réjouit du trépas de ses ennemis. Le chaton a bien grandit.

Yasmine Galenorn nous offre encore une fois un récit haletant, brutal et sans concession. Mais le regard de Delilah est toujours plein de passion et d’émotion et ses réflexions sur ce qu’elle est en train de devenir nous ramène sans cesse à son humanité. Elle est certainement la plus humaine des trois. Terriblement attachée à cette vie de famille tranquille qu’elle ne reverra sûrement jamais, elle doit accepter les changements et les évolutions que la nature l’oblige à affronter. Ce ne sera pas facile, et Delilah souffrira beaucoup. Mais l’apprentissage de la vie est toujours une épreuve dont nous ressortons grandit, ce sera son cas aussi. La lumière viendra de la fin de cet épisode avec le retour d’un espoir que l’on croyait perdu. La suite promet d’être captivante !

Baiser de l'ombre

Troisième opus de Vampire Academy, un livre haletant et très réussi, mais dont la fin vous plonge dans une rage totale !
Cependant, j'avoue que c'est bien bon ^^

Vampire Academy
Baiser de l'ombre - T3
de Richelle Mead

Éditions Castelmore
Sortie le 14 janvier 2011


Présentation de l'éditeur :

Perdre sa meilleure amie pour toujours, ou perdre l’être aimé…
Rose va bientôt passer son diplôme. Pourtant, l’entraînement est difficile, elle manque de concentration et ses cauchemars l’empêchent de dormir. Mais surtout Rose aime Dimitri. Quand les Strigoï prennent l’Academy comme cible pour l’attaque la plus dévastatrice de l’histoire moroï, Dimitri est pris en otage. Mais c’est Lissa que Rose doit protéger à tout prix. Veiller à la sécurité de son amie signifie perdre Dimitri pour toujours.

Mon avis :

Un troisième opus captivant pour une série qui monte en puissance au fil des tomes.
Rose et ses amis ont vécu des évènements dramatiques et force est de reconnaître qu'il est difficile d'en sortir totalement indemne.
Ils ont changé, Rose a changé. Consciente des menaces qui pèsent sur la société Moroï elle vit son sacerdoce de gardienne pleinement sans y déroger ne serait-ce que pour moment de détente. En même temps, comment se détendre quand on se sent responsable de la mort de son ami ? Rose dort mal, est continuellement agressive. Tandis que ses proches la croient en plein épisode dépressif, elle est témoin de manifestations angoissantes proches de la folie. A moins que son mystérieux messager ne soit là que pour lui annoncer l'horreur de ce qui est en train de se préparer.

Baiser de l'ombre est sans conteste le plus sombre et le volet le plus réussi de la série. L'intrigue évolue grandement ainsi que les différents protagonistes. Surtout Rose dont nous suivons les pensées et leur progression vers des constats d'adulte, ses émotions à l'état brut, et cela nous prouve encore une fois que Richelle Mead est particulièrement douée dans la construction de ses personnages. Leur psychologie fouillée est une de ses marques de fabrique et la dispense pour le coup d'actions en tout genre ou de rebondissements trop fréquents. Il n'y a aucun ennui à vivre les tourments de ses héroïnes tant ceux-ci sont particulièrement bien mis en mots.

Les épisodes tragiques qui jalonnent ce récit font beaucoup souffrir le lecteur et le cliffhanger de la fin vous donnera certainement de furieuses envies de meurtre. Mais qu'importe, Vampire Academy est une série à lire et à vivre pleinement. Certainement la meilleure saga Young Adult écrite jusqu'à présent !

jeudi 27 janvier 2011

Par pure provocation

parce que Lisa Kleypas, c'est que du bonheur ...

Par pure provocation
de Lisa Kleyas

Éditions : J'ai Lu
Collection : Aventures et Passions
Sortie en mai 2009


Présentation de l'éditeur :

Elle se promène dans tout Londres en tenue d'équitation couleur framboise. Son chapeau tombe dans la Tamise ? Elle se jette à l'eau pour le récupérer ! Son loisir favori ? Aller parier dans un club réservé aux hommes, où elle triche sans vergogne ! Excentrique, provocante... irrésistible, Lily a tous les hommes à ses pieds. Pourtant, elle n'en veut aucun. Elle préfère sa liberté. Et ce n'est pas Zachary qui la fera changer d'avis. Amoureux éploré de la soeur de Lily, il passe son temps à se lamenter : Pénélope est déjà fiancée à Alex Raiford, un homme arrogant et dur qui la rendra très malheureuse. Excédée par les plaintes incessantes de Zachary, Lily décide d'épouser elle-même le fameux Alex. Le problème est donc réglé, mais tout n'est pas si simple...

Mon avis :

Une très bonne romance, loin des schémas classiques du genre.
Ne pas se fier à la quatrième de couverture, le côté superficiel de l'héroïne cède très rapidement la place à une âme plus noire, tourmentée. Lily est une femme qui souffre énormément parce qu'on lui a arraché ce qu'elle avait de plus précieux, sa fille. L'on ne peut qu'imaginer la douleur d'un tel supplice.
C'est alors qu'elle brave, provoque, dégoûte, fait peur, par une attitude plus que répréhensible pour l'époque. Tactique évidente pour tenir à distance n'importe quel chevalier blanc tenté de la sauver. En face d'elle, Alex, d'apparence si dur et sévère, se révèle être un homme tendre, capable d'amour inconditionnel, malgré les fêlures du passé.
Et puis il y a Derek, l'ami de Lily. Cet homme venu des bas fonds londoniens qui a su faire fortune à la sueur de son front (et grâce aux bourses bien pleines des "pigeons" de ses tables de jeux), cet homme sombre, peu recommandable, parfois cruel, secrètement amoureux de sa belle amie, que nous rencontrons pour la première fois et qui sera loin de nous laisser insensible. Des personnages passionnants pour une histoire que ne l'est pas moins, un style toujours aussi fluide et intense, bref, un inoubliable moment de lecture !

Lisa Kleypas nous livre ici une romance sensible et sulfureuse à la fois, gageons que le livre qui suit La loterie de l'amour dédié à Derek (miam) sera tout aussi bon !! Very Happy

Arrangements privés

Une superbe romance et la découverte d'un nouvel auteur talentueux ! les livres de Sherry Thomas ne sont à manquer sous aucuns prétextes !

Arrangements Privés
de Sherry Thomas

Éditions : J'ai Lu

Collection : Aventures et Passions

Sortie en octobre 2009



Présentation de l'éditeur :

Aux yeux de la société londonienne, lord et lady Tremaine forme le couple idéal. Ce mariage leur a permis de s’élever socialement, et tous deux ont trouvé un arrangement : il vit aux Etats-Unis, elle en Angleterre.
Au cours de leurs dix ans de mariage, ils se sont peu vus, peu rencontrés, mais dit-on leurs relations sont fort courtoises. Un jour, lady Tremaine demande le divorce. Le scandale éclate. Comment un couple aussi bien assorti peut-il rompre un arrangement aussi parfait ?


Mon avis :


Elles sont rares ces romances qui commencent par la fin. Point de rencontres sulfureuses et de coup de foudre ici, nos protagonistes sont déjà bel et bien mariés. Et ce depuis dix ans. Lord et Lady Tremaine vivent séparément, Madame à Londres, Monsieur à New York, et ils sont plutôt heureux des milliers de kilomètres qui les séparent. Dans une société où le mariage de convenance est de mise, cela ne choque pas. En effet, en cette fin du 19ème siècle, l’ère industrielle bat son plein, et les "nouveaux riches" sont des roturiers qui travaillent de leur main. Il n’est pas étonnant donc que l’on cherche à marier sa fille ou son fils à un aristocrate anglais (généralement ruiné), histoire de satisfaire un impérieux besoin de sang-bleu d’un côté et la nécéssité d’écouler les dettes familiales de l’autre. Un marché en plein essor en somme.

Mais Lady Tremaine n’est plus la jeune fille froide et calculatrice d’il y a dix ans. Elle aspire au bonheur conjugal, à l’amour, et souhaite fonder une famille avec son compagnon. Elle recontacte son mari qu’elle n’a pas vu depuis de nombreuses années et lui demande le divorce, faisant fi du scandale qui pourrait entacher sa réputation. Mais Lord Tremaine n’entend pas se laisser dicter sa conduite aussi facilement, elle doit lui donner un héritier en échange de sa liberté.

Derrière cette description plutôt froide du mariage se cachent des sentiments bien plus complexes. Nous n’avons pas seulement à faire à deux personnes qui se sont unies comme on règle un différent commercial, mais à deux êtres qui souffrent et se complaisent dans leurs ressentiments, ne s’autorisant que peu de répit. La violence de leur confrontation laisse souvent place à une douleur quasi pesante, révélant des blessures profondes que seules les âmes soeurs qui se perdent peuvent connaître. Tout n’est donc pas réglé entre eux et l’évidence de leur sentiment se révèle peu à peu.

Bien que l’intrigue fasse la part belle à ce couple particulier, les personnages secondaires ne sont pas en reste et nous sommes spectateurs de leurs évolutions surprenantes et intéressantes.

Sherry Thomas nous livre ici une romance remarquable et atypique, dont le thème nous rappelle sans cesse la complexité des rapports conjugaux. Son style fluide et agréable fait qu’il est très difficile de refermer ce livre avant la fin. Bref, en un mot comme en cent, c’est passionnant ...

mardi 25 janvier 2011

Meurtres sur le Palatin

Voici un livre découvert il y a quelque temps déjà qui fut une véritable révélation. Meurtres sur le Palatin est le second volet des aventures de Kaeso le Prétorien, un soldat en jupette sexy et tenace, on en veut plein !

Meurtres sur le Palatin
de Cristina Rodriguez

Editeur : Les Éditions du Masque
Sortie le 12 novembre 2009


Présentation de l'éditeur :

Une enquête de Kaeso le prétorien

Sur le perron d’une riche demeure du Palatin proche de celle de l’empereur Tibère, le corps affreusement mutilé d’un jeune homme est retrouvé baignant dans son sang, un denier placé dans la bouche, l’obole rituelle pour payer à Charron son passage dans l’autre monde… Kaeso, le garde prétorien chargé de la sécurité de la famille impériale, se rend immédiatement sur les lieux du crime, accompagné de deux fidèles lieutenants et de Io, son inséparable léopard apprivoisé.

Sur place, il découvre une demeure étonnante couverte de fresques lascives et embaumant les encens les plus rares. Le maître des lieux est un mystérieux personnage qui ne se montre jamais, ne sort qu’en litière fermée et se prétend l’oracle d’Apollon. Agacé par tout ce décorum, Kaeso exige de rencontrer l’homme qui se nomme Apollonius. Quand celui-ci apparaît enfin, Kaeso est tellement subjugué par sa beauté spectaculaire et par son charisme qu’il ne doute pas qu’il deviendra bientôt la coqueluche de toute l’aristocratie romaine. Kaeso pressent qu’il devra mener son enquête au plus vite avant de tomber lui-même dans le piège d’Apollonius.

Mon avis :

Nous sommes à Rome, pendant le règne de l’Empereur Tibère, en l’an 31 après J.C. Le successeur d’Octave Auguste est un vieil homme fatigué qui dirige l’empire depuis sa petite île de Capri.

La trahison de son Consul, Séjan, a mené son fils Nero, au suicide. Rome, profondément marquée par ces évènements tragiques, essaie peu à peu de reprendre le cours d’une vie normale. Mais la corruption et les jeux illégaux continuent de la gangrener et le quartier de Subure, le haut lieu de la débauche, un état dans l’Etat, est dirigé d’une main de fer par Marcus Gallus Rufus, ancien prétorien.

Aussi, quand le corps d’un gladiateur affreusement mutilé est retrouvé sur le perron d’une villa palatine, Kaeso le prétorien est chargé de l’enquête. Avec l’aide de son léopard Io et de ses compagnons d’arme, Kaeso va tâcher de découvrir la vérité sur ces meurtres étranges, tout en luttant contre la corruption des bas-fonds de la ville. Mais ses investigations ne seront pas sans risques, et les conséquences meurtrières…

Bienvenue dans la Rome Antique ! Cristina Rodriguez nous entraîne dans une aventure haute en couleur où règnent intrigue policière, politique et reconstitution historique.

Point de descriptions plates et ennuyeuses ici, l’auteur mêle l’histoire romaine aux codes du roman policier avec une étonnante maestria. Meurtres, fausses pistes, rebondissements, tous les ingrédients du triller historique sont présents. Cristina Rodriguez nous livre une intrigue haletante, remarquablement bien menée, sans temps mort. Les personnages sont tous très bien construits, intéressants et attachants.

Kaeso, le héros de cette série, est un prétorien d’une trentaine d’années. Moitié germain par sa mère, il a hérité du physique et du caractère de ses illustres ancêtres. Proche du Questeur Calligula – fils et héritier de Tibère – il est la pièce maîtresse de cette saga et nous sommes particulièrement charmées tant par ses atouts corporels que par ses qualités de soldat et d’enquêteur.

Mais les personnages qui l’entourent ne sont pas en reste. De son compagnon d’arme Matticus, au langage de charretier, à sa cousine Concordia au caractère bien trempé, tous prennent une place importante dans le récit et participent au plaisir que nous avons à vivre leurs aventures tantôt dramatiques, tantôt rocambolesques, mais toujours passionnantes.

Non dénué d’humour et de sensualité – à faire pâlir les grandes dames de la romance – le style de l’auteur est fluide et élégant, rendant la lecture très agréable, si bien qu’il est difficile de refermer le livre sans une pointe d’exaspération, et c’est très irrité que nous œuvrons aux tâches ingrates qui nous ont obligées à commettre cet acte barbare.

Meurtres sur le Palatin est le deuxième opus des aventures de Kaeso le prétorien et c’est avec enthousiasme que nous allons nous précipiter sur le tome 1 Les mystères de Pompéi, honteuses d’avoir manqué le début de cette excellente série.

A dévorer !

dimanche 23 janvier 2011

Morsure de Glace

Second opus de la série Vampire Academy, encore meilleur que le premier !

Vampire Academy
Morsure de glace - T2
de Richelle Mead

Éditions Castelmore
Sortie le 12 novembre 2010


Présentation de l'éditeur :

Quand amour et jalousie se rencontrent sur les pistes enneigées, les vacances d'hiver deviennent mortelles...

Les vacances de Noël ont débuté à Saint-Vladimir mais Rose n'a pas la tête à s'amuser. Une attaque strigoï a mis l'école sur alerte rouge et des gardiens viennent renforcer la sécurité. Cette année, le séjour au ski de l'Academy est obligatoire pour tous alors que la menace se rapproche. Pourtant, Rose et Lissa ne sont pas à l'abri du danger pour autant. Quand trois de leurs amis partent à l'assaut, Rose doit se lancer à leur secours. Mais l'héroïsme a un prix.

Mon avis :

Si vous avez aimé le premier opus de la série de Richelle Mead Vampire Academy, vous ne pourrez qu'être conquis par la suite, car, Morsure de Glace est bien supérieur à celui-ci.
Nous retrouvons les protagonistes rencontrés dans Sœurs de Sang et force est de constater que le ton ainsi que les caractères de chacun ont évolué plus que positivement.

Après l'enlèvement de Lissa et les différentes découvertes relatives à son don, Rose se sent d'autant plus responsable de sa sécurité que n'importe qui d'autre. Bien qu'elle file le parfait amour avec Christian, Lissa reste fragile et particulièrement exposée. Rose quant à elle, continue à s'entraîner dur aux côtés de Dimitri, son mentor. Mais leur proximité ne les aide pas à gérer les sentiments qu'ils éprouvent l'un pour l'autre et Rose souffre en silence, consciente de cet amour qui ne pourra jamais être vécu.
Mais des évènements dramatiques vont bousculer la petite vie tranquille de Saint-Vladimir, obligeant les élèves et leur famille à se réfugier dans un chalet en pleine montagne pour les vacances de Noël. Hors, rien ne protégera Rose et ses amis du sort tragique qui les attend.

Le plaisir de retrouver ces personnages hauts en couleur n'est en rien entaché par le sombre récit de ce second volet. Exit, les bavardages incessants et les déboires amoureux d'adolescents, le temps n'est plus au rire et le poids des responsabilités de chacun rend le propos beaucoup plus adulte qu'il n'y paraît. Les sinistres épisodes qui composent ce roman vont certainement changer nos héros de manière définitive, métaphore douloureuse du passage parfois brutal de l'enfance à l'âge adulte.
Rose aura beau résister, regrettant amèrement ces moments d'innocence perdue, la réalité la poussera inévitablement à prendre conscience qu'elle n'est plus la même, qu'elle a changé, qu'elle a grandi.
L'auteur réussi là où beaucoup échouent, à savoir, mettre en mots les sentiments ambiguës, les comportements paradoxaux de cette transition inévitable mais bien souvent cruelle. Laisser l'enfant que nous étions derrière nous est un deuil nécessaire mais souvent mal vécu, nous poussant parfois à l'erreur, récoltant les regrets qui suivent invariablement. Rose en fera malheureusement l'expérience …

Un roman poignant et émouvant, qui me conforte encore une fois dans l'idée que Richelle Mead est définitivement un auteur de génie.

Succubus Dreams

Un troisième tome passionnant pour une saga que j'adore !

Succubus Dreams T.3
de Richelle Mead

Éditions Bragelonne
Sortie le 20 novembre 2009


Présentation de l'éditeur :

La liaison de Georgina avec le beau Seth Mortensen se révèle pour le moins frustrante, toute activité charnelle leur étant interdite. Mais en plus, ces derniers temps, le boulot devient stressant. Lui est obsédé par son dernier roman. Elle va être confrontée à un double défi : reprendre le contrôle de sa vie amoureuse et lutter contre un ennemi capable de causer de sérieux dégâts à l’humanité…

Mon avis :

Georgina Kincaid est une héroïne à part. Bien que succube depuis des millénaires, elle est profondément humaine et sensible, consciente du poids de ses péchés. Ce n’est pas une super héroïne à l’instar des autres femmes de la bit-lit et ses pouvoirs de succube lui permettent juste de survivre et d’envoyer quelques bonnes âmes en enfer.

Ce qui la rend profondément attachante, c’est qu’elle veut juste être comme toutes les mortelles, se marier et avoir des enfants. Ce que sa condition lui refuse évidement. Elle paie cher ce moment d’égarement, cette faiblesse charnelle survenue des siècles plus tôt, dans sa Chypre natale et qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui, et ce, jusqu’à la fin des temps. Elle traîne sa culpabilité et cette faute qu’elle ne pourra racheter et ne peut oublier, s’empêchant de vivre pleinement le peu de normalité affective que la vie lui offre.

Son histoire avec Seth, son petit ami, va prendre une tournure décisive dans cet opus et l’avenir s’annonce sombre pour Georgina. Amoureuse comme jamais, elle va prendre conscience que Seth est mortel et qu’elle peut le perdre d’un claquement de doigts. Elle va devoir affronter ses propres démons, et le passé lui reviendra violemment en pleine figure quand elle se retrouvera face à celui qui lui a acheté son âme.

Les personnages secondaires sont toujours aussi fabuleux, que ce soit Peter, le vampire millénaire obsédé par les décorations de Noël ou Carter, l’ange mystérieux de la troupe, tous participent au plaisir que nous avons à lire leurs aventures atypiques et allègent un peu le récit, car l’histoire de Georgina est sombre et mélancolique. Avec Seth, ils forment un couple d’amoureux damnés par la vie et par l’enfer, et nous espérons un peu de lumière dans les prochains tomes. Mais soyons réalistes, l’épilogue de ce livre nous laisse comme un trou béant à la place du cœur…

Une lecture intense et certainement une des meilleur série publiée par Bragelonne en 2009.

Dragon Wytch

Quatrième opus des Sœurs de la lune, avec un retour de Camille aux commandes ! C'est chaud et j'adore ça ^^

Les Soeurs de le Lune, tome 4 : Dragon Wytch
de Yasmine Galernorn

Éditions Milady
Sortie le 14 janvier 2010


Présentation de l'éditeur :

Nous sommes les sœurs D’Artigo : mi-humaines, mi-fées, agents qualifiés – et sexy – de la CIA d’Outremonde. Ma sœur Delilah se transforme en chat. Menolly, elle, est un vampire qui tente de s’adapter à sa condition. Quant à moi ? Je suis Camille, une sorcière, qui essaie de jongler entre ses pouvoirs imprévisibles, ses différents amants et la guerre contre les démons.
À l’approche de l’équinoxe de printemps, le chaos nous guette. Un artefact légendaire qu’on nous a confié disparaît et des hordes de gobelins et de trolls ont investi Seattle. Je pourrais gérer si Flam, le plus sexy des dragons, n’avait pas décidé au même moment de réclamer son dû : moi ! Et pour couronner le tout, le troisième sceau spirituel a fait son apparition et l’Ombre Ailée est à sa recherche. Bon, en réglant les problèmes les uns après les autres je pourrais peut-être éviter la fin du monde… Question d’organisation !

Mon avis :

Quatrième opus de la série Les Sœurs de la Lune, c’est Camille la sorcière de la famille qui reprend la narration. Avec l’ainée aux commandes, nous avions la promesse de scènes très sensuelles avec ses nombreux amants, et de moments drôles et cocasses grâce à sa magie quelque peu imprévisible. Promesse tenues, non seulement nous avons notre lot de situations ridicules avec une Camille au bord de la crise de nerf, mais également des échanges plus que savoureux avec Trillian, Morio et le dernier amoureux en date, Flam. Sans aucuns tabous, Camille use et abuse de ses amants qu’elle aime passionnément, pour notre plus grand plaisir.

Flam s’avère être un mâle Alpha comme on en fait peu, très virile, possessif et autoritaire, mais qui par amour, accepte de la partager avec les deux autres hommes de sa vie. Un quatuor touchant, qui vous laisse un brin rêveuse et vous fait étrangement regretter de ne pas être une sorcière mi-fae, mi-humaine, brune aux yeux violets avec une énorme poitrine …

Mais tout n’est pas rose pour Camille, loin de là. L’Ombre Ailée avance, se faisant de plus en plus d’alliés. Des portails clandestins entre la Terre et l’Outremonde s’ouvrent un peu partout dans Seattle laissant passer Gobelins, Trolls et autres créatures maléfiques répandant la mort et la terreur parmi les humains. Des groupes d’extrémistes anti-fae se forment et réagissent de manière très violente contre la présence des êtres surnaturels. Camille, consciente du poids de la tâche qui lui incombe, doute sincèrement de la victoire et commence à montrer des failles, des moments de faiblesse émouvants. Elle, le pilier de la famille, qui a remplacé sa mère à la mort de celle-ci, celle sur qui tout le monde compte, craque sous la pression, la responsabilité et la peur de perdre les êtres qui lui sont cher … car l’avenir s’annonce incertain pour les sœurs d’Artigo et les décisions à prendre seront difficiles.

De plus en plus sombre, cette saga n’en devient que plus passionnante, vivement le 5ème tome, Night huntress, dont Delilah, le chaton de la famille, l’épouse du Seigneur de l’Automne, sera la narratrice.

Dracula mon amour

Une version romanesque de l'œuvre de Bram Stoker particulièrement réussie ! C'est beau et bien écrit. J'ai vraiment beaucoup aimé !

Dracula, Mon amour
de Syrie James

Éditions : Hachette
Collection : Black Moon
Sortie le 2 juin 2010


Présentation de l'éditeur :

Mina est amoureuse et sur le point d’épouser l’homme qu’elle aime. Sa meilleure amie, la jolie Lucy, est elle aussi sur le point de se marier. Les deux jeunes femmes décident de partir en vacances à la mer pour profiter de leurs derniers moments de célibat ! Mais l’arrivée dans leur vie d’un gentleman fascinant, ténébreux et sulfureux, va ébranler toutes leurs certitudes. Lucy tombe mystérieusement malade, et Mina, quant à elle, est soudain assaillie par des désirs inavouables...

Mon avis :

Il est étonnant de voir à quel point la littérature fantastique du XIXe siècle continue d’inspirer les auteurs. Principalement l’œuvre de Bram Stoker qui a été déterrée déjà l’année dernière, après plusieurs années de sommeil, avec la suite très réussie de Dacre Stoker et Ian Holt (Dracula, L’immortel).

C’est au tour de Syrie James de nous conter sa vision de l’extraordinaire histoire du comte Dracula. Pour ce faire, elle a choisi de donner la parole à Mina Murray, future Madame Jonathan Harker. A l’instar de son futur mari, Mina a tenu elle aussi un journal intime relatant les évènements terribles dont elle sera le témoin, puis l’actrice...

Nous connaissons tous l’histoire par cœur ainsi que son épilogue et pourtant, on ne se lasse jamais de lire et relire ce fabuleux récit. Ici, il est plaisant d’avoir une autre version des faits sous le regard d’une femme tiraillée entre ce que l’on attend d’elle et son désir sulfureux pour cet être honni et pourtant adoré.

Il est intéressant de lire le récit de sa vie, de son amitié avec Lucie, sa rencontre avec Jonathan qui a toujours été plus un meilleur ami qu’un amant. Mais surtout ses moments d’intimité avec celui qui deviendra son prince des Ténèbres. Leurs échanges seront savoureux, emprunt d’une certaine pudeur qui sied parfaitement aux mœurs de l’époque et pourtant, marqués d’une grande intensité émotionnelle. La sensualité de leurs chastes étreintes sera électrisante et l’aboutissement charnel se limitant aux morsures redoutées mais tant désirées du Comte, nous feront battre le cœur à la chamade. C’est beau, tout simplement.

Mais ce sont là les paroles d’une grande fan de l’oeuvre originale et de cette histoire d’amour fantasmée et si rarement mise en scène. Sachez toutefois, que cette lecture intéressera également les "novices". Peut-être les incitera-t-elle à se frotter à la version princeps.

Syrie James nous offre ici une relecture fidèle mais également originale de l’œuvre de Bram Stoker, romantique et gothique. Comme il est bon de se replonger dans le charme suranné de la littérature fantastique victorienne.

vendredi 21 janvier 2011

Le Mystère du Bracelet Bleu

la suite des Enquêtes de Lavinia et Tobias, une aventure palpitante et jouissive ^^

Le Mystère du bracelet bleu
d'Amanda Quick

Éditions : J'ai Lu
Collection : Aventures et Passions
Réédition sortie le 5 janvier 2011


Présentation de l'éditeur :

Épouser Howard Hudson, le célèbre mesmériste, n'était qu'une étape dans le plan qui devait mener l'ambitieuse Céleste aux plus hautes sphères de la société. Malheureusement, son ascension sociale prend fin dans un entrepôt au bord de la Tamise. C'est là que l'on retrouve le corps sans vie de la jeune femme, étranglée à l'aide d'une cravate... Céleste était-elle impliquée dans le vol de la Méduse bleue ? Ce bracelet en or, datant de l'Antiquité romaine, doit son nom à une gemme bleue gravée d'une tête de Méduse. Plusieurs collectionneurs convoitent le bijou, qu'on dit doté de pouvoirs paranormaux. Certains iraient sans doute jusqu'au crime pour se l'approprier.
Engagés par Howard Hudson, Lavinia Lake et Tobias March se lancent sur la piste de l'assassin de Céleste. Cette nouvelle enquête leur réserve bien des surprises...

Mon avis :

Voici enfin la suite des aventures et Lavinia et Tobias, couple improbable de détectives privés, qui enquêtent pour le compte de particuliers souhaitant la plus grande discrétion.
Le mystère du bracelet bleu fait suite à l'Intrigante de Londres et se passe quelques semaines après son dénouement. Lavinia et Tobias, sont toujours amants, bien qu'ils vivent chacun dans leur demeure respective. Dans cette époque de régence anglaise, les mœurs obligent le couple à monter maints stratagèmes pour pouvoir vivre quelques moments d'intimité ce qui pimente grandement leur liaison. Mais Tobias commence à se lasser de se cacher et ses sentiments pour Lavinia se précisent. Il veut faire d'elle sa femme, ce qui le met dans une position fort déplaisante, car rien (et surtout personne) ne peut bousculer la sacro-sainte indépendance de sa conjointe.

Bien sûr, l'idylle de nos deux héros n'est pas l'essentiel de l'intrigue puisqu'elle tourne principalement autour de leur nouvelle enquête à savoir, la disparition d'un mystérieux bracelet bleu et le meurtre d'une femme.
La défunte n'est autre que l'épouse d'Howard Hudson, un ami de la famille de Lavinia, mesmériste de métier, qui éprouve des sentiments peu avouables envers notre détective. Nos deux tourtereaux mèneront l'enquête et iront de surprises en surprises …

Pour celles qui n'ont pas eu l'occasion de suivre cette très plaisante série, sa réédition est vraiment une bonne nouvelle pour les fans d'Amanda Quick. Tout est présent pour faire de ce roman un pur divertissement ! Des meurtres, des révélations incroyables, du suspense de la romance et surtout, beaucoup d'humour ! L'auteure est réputée pour ses dialogues piquants et ses scènes cocasses et ce livre ne fait pas exception. Les échanges entre Lavinia et Tobias sont savoureux et l'on se surprend à rire de bon cœur à beaucoup de leurs répliques. Bien que l'on voit l'épilogue arriver de loin, le plaisir est présent à chaque page, nous refermons le livre avec un grand sourire et ça fait du bien !

Espérons que l'éditeur ne tardera pas trop à rééditer le troisième et dernier volet de la série Une alliance de choc !

Deux cierges pour le diable

Laura Gallego Garcia est un auteur à part au style singulier, qui nous livre un roman intense et brut de décoffrage ... une belle découverte.

Deux cierges pour le diable
de Laura Gallego Garcia

Editions : Baam !
Sortie en juin 2009


Présentation de l'éditeur :

« De nos jours, plus personne ne croit aux anges, même s’il y a des gens qui croient aux démons. Pourtant les anges existent vraiment. Ils ont toujours existé. Comment je le sais ? Parce que mon père en était un. Avant d’être assassiné. Je n’ai désormais plus qu’une idée en tête : trouver le démon qui a fait ça et le tuer de mes propres mains. »



Mon avis :

Cat est une jeune fille de 16 ans qui mène une drôle de vie. Elle a parcourut une bonne partie du monde, jusqu’au Tibet, en compagnie de son père. Nomades atypiques, couple solitaire, Caterina suit son père, Ismaël, aux quatre coins du globe à la recherche de ce qu’il a perdu : Dieu. Car Ismaël est un ange, un vrai. Dans la hiérarchie angélique, il est un ange mineur. Autrement dit, ce n’est pas un guerrier comme les archanges tels que Gabriel, Uriel ou Michel.

Pourtant un jour, il est tué lors d’un combat singulier contre un démon. Etrange situation pour une créature qui ne cherchait que la présence de Dieu dans la beauté du monde… en vain.

Se retrouvant seule, Cat jure solennellement de retrouver le démon qui a tué son père et de le détruire. Mue par la vengeance, elle va parcourir l’Europe à la recherche du meurtrier et faire de bien étranges rencontres.

OVNI dans le paysage de la littérature jeunesse, cette œuvre sombre est une belle découverte, une gifle monumentale comme nous n’en n’avons pas reçu depuis longtemps.

L’univers fascinant de Laura Gallego Garcia est un monde qui se meurt. Notre planète, que nous détruisons à grands pas d’égoïstes, sacrifiant la première et plus belle œuvre de la création, les anges. Et nous faisons cela mieux que les démons eux-mêmes qui finissent pas être spectateur de ce qui devrait être leur accomplissement. Ils en viennent même à regretter les bons vieux combats millénaires.

L’auteur, avec une certaine mélancolie, décrit ce bouleversant constat à travers les yeux de Cat. L’utilisation de la première personne ne fait que renforcer notre profond malaise car nous voyons notre œuvre par les mots implacables et directs d’une enfant de 16 ans. Triste héritage…

L’intrigue qui tourne autour du meurtre d’Ismaël est superbement bien menée, passionnante, riche de références bibliques et apocryphes qui donnent un certain poids au récit.

De rebondissement en rebondissement, l’auteur nous entraîne et nous malmène jusqu’à la fin sans temps mort, incapable de refermer le livre tant la tension est à son paroxysme. Et c’est le cœur lourd que nous lisons l’épilogue, poignant, nous laissant assommées, émues, troublées, au point de se demander si nous, pauvres humains, sommes bien la création de Dieu ou l’œuvre du diable…

A découvrir absolument !

jeudi 20 janvier 2011

Hex Hall

Un peu de Young Adult ce matin, avec ce premier tome très sympathique de la série de Rachel Hawkins, Hex Hall !

Hex Hall
de Rachel Hawkins

Editions :Albin Michel

Collection : Wiz

Sortie le 1er octobre 2010



Présentation de l'éditeur :

Sophie Mercer, lycéenne et sorcière, use des pouvoirs sans discernement. Sur ordre d'un puissant magicien, qui n'est autre que son père, elle est envoyée à Hex Hall établissement ultra sélect pour élèves très spéciaux. Spectres, loups-garous et vampires s'y côtoient. Sophie qui est tout sauf discrète, se fait des tas d'ennemis et quelques amis. Parmi ceux qu'elle juge digne d'intérêt, il y a un séduisant jeune sorcier. Mais l'heure n'est pas à la romance : un prédateur se met à attaquer les élèves. Et, Sophie, fille de l'un des enchanteurs les plus puissants au monde, et directeur de Hex Hall, est une cible idéale...

Mon avis :

Nouvelle série jeunesse parue au 1er octobre dans la collection Wiz, Hex Hall est un roman fort sympathique qui met en scène une héroïne atypique au tempérament jouissif !
En effet, Sophie Mercer est une jeune adolescente de 16 ans, sorcière de son état, qui a un caractère bien trempé. Élevée par sa mère, elle a changé de lycée au moins 18 fois, a déménagé autant, car elle ne peut s'empêcher d'utiliser la magie devant les humains, ce qui du coup, lui apporte pas mal d'ennuis.

C'est à Hex Hall qu'elle finira par poser ses valises, établissement scolaire à la limite du centre de rééducation, qui accueil les prodigiums (les êtres aux pouvoirs surnaturels : sorciers, loup-garous, fées, vampires …) ayant du mal à se tenir en public.
Son arrivée ne passera pas inaperçue et Sophie découvrira bien des choses sur sa famille et sur sa véritable nature.

Parlons d'entrée de ce qui peut éventuellement fâcher le lecteur : Oui, encore une école où l'on accueille des jeunes gens dotés de pouvoirs particuliers, ce qui rappelle plusieurs séries fantastiques pour la jeunesse, à commencer par Harry Potter ou la Maison de la nuit de PC Cast. Certes, l'histoire de ce livre a un schéma plutôt classique et met également en exergue les maux adolescents comme toute bonne série ado qui se respecte.
Mais ne vous laissez pas aveugler par votre impression de déjà vu, car l'originalité vient de la personnalité de notre héroïne : savoureuse, pétillante, intelligente et surtout, bourrée d'humour !
Les dialogues et les pensées de Sophie sont de véritables moments de plaisir et nous rions de bon cœur à chacune de ses remarques cocasses sur son environnement ou sur elle-même.
De plus, même si le ton est léger en début de lecture, il s'assombrit au fur et à mesure que les éléments de l'intrigue se mettent en place, révélant une véritable profondeur. Tout n'est pas rose dans cette école, ni dans les découvertes que va faire Sophie à son sujet. Ses attitudes et réflexions ne sont pas aussi juvéniles qu'elles le paraissent et la fin nous promet une suite plus que passionnante.

Pour conclure, un premier opus réussi et une saga à suivre avec grand intérêt ! Vivement le second tome !




La descendante d'Apollon

Voici l'histoire de Wulf le viking et de Cassandra, la dernière descendante d'Apollon !
Une belle histoire d'amour qui demande compréhension et remise en question. Un très bon moment de lecture !

La descendante d'Apollon
de Sherrilyn Kenyon

Collection : Crépuscule
Édition : J'ai lu
Sortie le 3 novembre 2010


Présentation de l'éditeur :

Cheveux de jais, carrure de colosse, voici Wulf le Viking. A l'instar de ses comparses, les Chasseurs de la Nuit, sa mission consiste à protéger les humains des Démons qui veulent se repaître de leur sang et de leur âme. Mais Wulf est ensorcelé : tous ceux dont il croise la route l'oublient au bout de quelques minutes. Tous... sauf cette blonde troublante qu'il a sauvée des griffes des Démons l'autre soir. Ultime descendante d'Apollon, Cassandra est elle aussi victime d'une terrible malédiction : elle ne doit pas survivre à son vingt-septième anniversaire. Or les Apollites sont les ennemis de Wulf. Il a juré de les exterminer sans pitié jusqu'au dernier. Quel choix crucial fera-t-il lorsque Cassandra lui annoncera qu'elle attend un enfant de lui ?

Mon avis :

Cinquième tome du Cercle des Immortels, La Descendante d’Apollon est tout aussi intense et profond que le tome précédent dédié au personnage de Zarek. L’histoire de Wulf le viking n’est pas dénuée de sombres sentiments. Déjà, il n’est pas un Chasseur de la nuit de son plein gré mais victime de la machination diabolique d’une femme et d’un dieu nordique Loki. Il subit donc son sort en acceptant ses obligations de tueur de démons sans être mûe par ce sentiment de vengeance qui anime souvent les Dark-Hunters. De plus, il est la proie d’une étrange malédiction : tous ceux qui croisent son chemin l’oublient systématiquement. Seuls ses compagnons d’arme se rappellent de lui, du moins jusqu’à sa rencontre avec Cassandra, ultime descendante d’Apollon qu’il va devoir protéger envers et contre tous.

Pour accomplir sa mission, il devra aller au-delà des apparences et apprendre à connaître ses ennemis, ces Apollites qui sont condamnés à mourir lors de leur 27ème année, à moins qu’ils ne décident de choisir la voie obscure et de prendre l’âme (et la vie) d’un humain afin de survivre plus longtemps. Sa passion pour Cassandra, aussi douloureuse soit-elle, sera également sa rédemption. Elle chamboulera ses idéaux, ce pour quoi il se bat depuis des siècles, jusqu’à envisager le pire pour sauver celle qu’il aime et lui permettre de vivre quelques années de plus.

Un tome réussi, profond et émouvant qui, au-delà de la romance pose de véritables questions sur ce que nous pourrions accomplir et accepter par amour. Passionnant !

mercredi 19 janvier 2011

L'Amant Eternel

Place à Rhage et Mary pour un second tome captivant et sensuel ^^

La confrérie de la dague noire
Tome 2, L'amant éternel
de JR Ward
Éditions Milady
Sortie le 16 juillet 2010


Présentation de l'éditeur :

Une guerre fait rage à l'insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ils sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. Rhage est le plus redoutable et le plus dangereux d'entre eux, car il est victime d'une terrible malédiction : son démon peut s'éveiller à tout moment et mettre en péril ceux qui l'entourent.
Pourtant, lorsqu'il est un jour chargé de la protection de Mary, une humaine, Rhage voit en elle son destin et son salut.
Quant à Mary, atteinte d'un mal incurable, elle a depuis longtemps cessé de croire au destin ou aux miracles, et la vie éternelle n'est à ses yeux qu'une douce illusion. Tout va changer lorsqu'elle rencontrera les guerriers de la Confrérie... et surtout Rhage.

Mon avis :

Et voici le second opus de La Confrérie de la Dague Noire consacré à Rhage, combattant implacable et dragon griffu à ses heures.
Bien meilleur que le premier, on sent déjà que le style de l'auteure s'étoffe et que l'univers de nos guerriers commence à devenir solide et réaliste.

Difficile de relâcher le livre, car il faut bien l'avouer, l'histoire de Rhage est plus qu'intéressante et ce, à plusieurs niveaux. Déjà, il est magnifique et derrière le masque de beauté de notre « Hollywood » se cache un homme sensible mais doté d'une force incroyable et capable d'une grande cruauté envers ses ennemis.
La bête tapie au fond de ses entrailles a fait de lui le meilleur élément de la Confrérie. Pourtant, cette malédiction est mal vécue, car pour contenter la bête, Rhage doit sexuellement se satisfaire de beautés plastiques sans visage et sans nom, l'important étant la jouissance mécanique épuisant sa frénésie bestiale.

Lorsqu'il rencontre Mary, sa voix le fait frémir et l'apaise. Pour lui, il n'y a pas d'autre alternative que de la faire sienne, qu'elle le veuille ou non. S'en suit alors une histoire passionnelle, d'une grande intensité sexuelle mais aussi émotionnelle, car Mary se meurt.
Atteinte d'un cancer incurable, Mary voit dans sa relation avec Rhage l'aboutissement d'une vie de solitude, et tant pis si l'avenir est funeste. Après une résistance de forcenée, de combattante, Mary cède et se jette à corps perdu dans cette histoire aussi miraculeuse qu'incongrue.

Parallèlement à l'histoire de Rhage et Mary, se mettent en place les intrigues des tomes suivants et nous faisons la connaissance du jeune John Matthew, pré-trans retrouvé grâce à Mary et qui entre de plain-pied dans le monde des guerriers qui est maintenant le sien.
Zhadist et Bella, héros du troisième opus entrent en scène également et l'on peut dire que la rencontre est explosive et laisse présager une histoire plus que passionnante.

L'Amant Éternel se termine sur un cliffhanger relevant de la torture et à ce niveau aucun retour n'est possible. L' Amant Furieux vous appelle frénétiquement et tant pis pour vos occupations habituelles, il est impossible de résister à Zhadist, qu'on se le dise !

Les nombreuses vies de Frankenstein

Les nombreuses vies de Frankenstein
d'Andrè-François Ruaud

Éditions : Les Moutons Électriques

Sortie le 20 juin 2008



Présentation de l'éditeur :

Le Monstre, la Créature : il n’a pas de nom et a désormais emprunté celui de son créateur, le docteur Frankenstein ! Né dans les premiers soubresauts des expériences électriques, des rêves vitalistes d’un savant qui croyait pouvoir donner la vie à une construction de chair morte, le monstre de Frankenstein c’est le mythe prométhéen renouvelé alors que débute à peine la révolution industrielle. Entre perruques poudrées et premiers engins à vapeur, coups de foudre et peurs primordiales, la créature de Victor Frankenstein s’est frayé un chemin dans l’inconscient collectif, jusqu’à devenir une des figures les plus reconnaissables de l’horreur moderne — mais c’est aussi un être de chair et de sang, au destin passionnant.


Mon avis :

Qui ne connait pas l'œuvre de Mary Shelley, Frankenstein ? Écrit en 1818, ce roman entre gothique et SF a nourrit l'imaginaire collectif de nombre de générations de passionnés, levant le personnage de Frankenstein (la créature) au rang d'icône de la littérature fantastique. Pourtant, à sa publication, les choses étaient loin d'être évidente et mettre en mots la folie d'un homme n'était pas chose aisée pour une femme.

C'est ce que nous raconte Andrè-François Ruaud dans ses Nombreuses vies de Frankenstein qui retracent avec minutie la vie de Mary Shelley et de son conjoint Percy. En lisant leur histoire, nous croisons leurs compagnons d'infortune tel que le poète Lord Byron ou même Darwin.
Mais parler de la romancière sans narrer la vie de sa créature serait une gageure alors Monsieur Ruaud s'y intéresse de très près, relatant du même coup l'évolution des découvertes anatomiques du XVIII e siècle, faisant la lumière sur l'esprit tortueux de Victor Frankenstein, l'homme qui voulait braver la mort en créant la vie.

Extrêmement bien documenté, Les nombreuses vies de Frankenstein nous offre en 140 pages un regard original et didactique sur une œuvre majeure mais également sur une époque charnière où, à l'aube de la révolution industrielle, sciences et croyances religieuses se mêlent et donnent naissance à une littérature riche prolifique et ingénieuse.
Passionnant !

dimanche 16 janvier 2011

Sacrifices Divins

Mon premier livre pour le défi lecture ABFA/V&S 2011, c'est parti !

Une aventure de Marla Mason - Tome 1: Sacrifices divins
T. A. Pratt

Éditeur: Eclipse
Sortie le 26 Novembre 2010


Présentation de l'éditeur :

Marla Mason, la sorcière protégeant la petite ville de Felport, est bien ennuyée : sa rivale prépare un sort qui pourrait bien raccourcir son espérance de vie… et accessoirement dévaster sa ville.

Son unique chance de survie réside dans un artefact magique caché à San Francisco. Mais la quête de Marla risque fort d’être plus ardue que prévu, si l’on considère que les personnes capables de la renseigner viennent toutes de mourir. La crème des sorciers de San Francisco semble en effet avoir ses propres problèmes. Un adversaire aussi impitoyable que mystérieux élimine un à un les pontes locaux.


Avec l’aide de Rondeau, son fidèle compagnon, Marla devra entamer une véritable course contre-la-montre dans les rues de Frisco, esquiver des grenouilles toxiques, des colibris sanguinaires et autres cannibales, tout en restant sur ses gardes avec les sorciers de la ville, qui la soupçonnent d’être à l’origine de la vague de meurtres. En cas d’échec, Marla risquerait bien d’être la prochaine au menu…

Mon avis :

Un univers tout à fait particulier pour une fantasy urbaine musclée dont l'essentiel de l'intrigue se passe à San Francisco.
Superbe ville touristique que nous fait découvrir l'auteur à travers les yeux de Marla Mason, sorcière puissante et « burnée », qui règne sur sa ville, Felport, comme une mère possessive et qui vient chercher un recours à la possible fin de sa vie à San Francisco.
Et oui, une puissante sorcière veut lui prendre sa place et le sort que sa rivale prépare pourrait l'envoyer ad patres de manière définitive.

Marla, accompagnée de Rondeau son fidèle ami, part à la recherche d'un artefact puissant pouvant contrer le sort et c'est justement sous le ciel de Californie que celui-ci réside.
Sauf que l'artefact en question se fait la malle sous ses yeux, que son vieil ami censé l'aider se fait tuer par des petites grenouilles jaunes, qu'elle est poursuivie par un sorcier psychopathe aztèque et que son acolyte louche sur un ex-acteur gay et médium … la vie n'est pas simple pour Marla et ça commence à sérieusement l'agacer …

T. A. Pratt débute sa série de manière explosive et crée des personnages réalistes, bruts de décoffrage mais attachants. Marla est une forte gueule qui a l'habitude de dominer les choses et de décider pour les autres. Persuadée d'être la solution à tous les problèmes elle sera rudement mise à l'épreuve dans cet opus mais ne faiblira jamais. Rondeau, l'ami fidèle, est un homme bourré de talents cachés malgré un humour déplorable et B est touchant en médium débutant dont les facultés sont loin d'être toutes révélées. Tous trois forment un trio assez irrésistible pour une intrigue menée tambour battant et qui ne laisse pas de place à l'ennui.
Et même s'il y a quelques longueurs, nous pardonnons largement à l'auteur et attendons avec impatience le second tome L'Assassin des rêves.

Un roman agréable, amusant et tonique qui bouscule le genre avec brio. Marla Mason est une série à suivre, assurément !

Harry Potter et les reliques de la mort - Partie 1

Voici ma chronique du film écrite à l'occasion de la sortie du premier Mag ABFA / V&S
Première partie de l'épilogue de la saga, ce film se révèle bien plus intimiste et ne ressemble à aucun autre. Mais lisez plutôt ...


Harry Potter et les reliques de la Mort
Partie 1

Film américain / britannique réalisé par David Yates
Avec : Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson

Sortie : le 24 novembre 2010


Synopsis :

Le pouvoir de Voldemort s'étend. Celui-ci contrôle maintenant le Ministère de la Magie et Poudlard. Harry, Ron et Hermione décident de terminer le travail commencé par Dumbledore, et de retrouver les derniers Horcruxes pour vaincre le Seigneur des Ténèbres. Mais il reste bien peu d'espoir aux trois sorciers, qui doivent réussir à tout prix.

Bande annonce


Mon avis :

S'il y avait un film particulièrement attendu fin novembre, c'était bien celui-ci. Première partie de l'épilogue de la saga phare de ces 10 dernières années, Harry Potter et les Reliques de la Mort partie 1 est sans aucun doute un Harry Potter qui ne ressemble à aucun autre.
Pour celles et ceux qui ont lu le septième opus de J.K. Rowling, force est de constater que cette adaptation est la plus fidèle et la plus réussie de toutes.
Malgré les quelques petites absences qui ne gênent guère le déroulement de l'histoire, la tension quasi désespérée, l'angoisse liée à la prise du pouvoir du Seigneur des ténèbres sont parfaitement mises en scène. L'impression de temps de guerre est très bien rendue, les scènes où Ron écoute sans cesse la radio permettant aux résistants d'annoncer les personnes disparues sont poignantes et renforcent le sentiment d'occupation, référence à notre triste histoire commune où le sang et l'origine des hommes et des femmes d'Europe étaient jugés.
La période de fuite de nos 3 héros est accompagnée de nombreux silences et l'utilisation judicieuse de la musique beaucoup moins présente laisse un sentiment d'abandon. Harry, Ron et Hermione quittent la magie de Poudlard pour la triste réalité d'une vie qui s'annonce brutale, froide, meurtrière. La quête des horcruxes n'est pas sans difficulté et les moments de doute se mêlent habilement aux quelques passages d'euphorie quand le début d'une solution s'annonce.
Le style caméra portée renforce le réalisme de nombreuses scènes, notamment celle des Rafleurs, et les plans longs sur nos protagonistes subliment cette espèce de calme avant la tempête. C'est beau, maîtrisé de bout en bout, lyrique mais déroutant.
Certains déplorerons l'absence de scènes importantes du début, comme celle des adieux aux Durlsey, le mariage de Bill et Fleur survolé ou l'histoire de Dumbledore trop succincte qui apparaît plus comme un vieux fou naïf que comme l'être manipulateur et froid conformément à la trame narrative de Rowling. Mais qu'importe, elles font place à quelques scènes rajoutées d'une grande intensité. La plus réussie à mes yeux est celle du début où Hermione quitte son domicile et dit adieu à sa vie de moldu, la voir disparaître petit à petit de toutes les photos de famille est particulièrement douloureux.
Les personnes qui n'ont pas lu la saga et notamment ce septième opus (vous serez tous fouettés pour cet oubli impardonnable) risquent d'être déstabilisées et perdues par ce volet, voire ne pas l'aimer. Car il ne recèle pas de magie ostentatoire. C'est un film intimiste, profond, qui laisse place à l'émotion et à la psychologie des personnages. Quelques scènes comiques permettent de relâcher la tension mais l'ambiance générale du film est bien sombre, oppressante, lente et juste. Un grand moment de cinéma !

samedi 15 janvier 2011

Murmures d'outre-tombe

Premier opus des Mystères d'Harper Connely, une série de Charlaine Harris très loin de la fantasy urbaine et de La Communauté du Sud, et qui me permet d'inaugurer un nouveau genre littéraire sur le blog, le roman policier ;-)

Les Mystères d'Harper Connelly tome 1
Murmures d'outre-tombe
de Charlaine Harris

A paraître le 19 janvier 2011
Édition : J'ai Lu


Présentation de l'éditeur :

Depuis qu'elle a été frappée par la foudre à 15 ans, Harper Connelly a la capacité de trouver les cadavres, et en leur présence, de déterminer la cause de leur mort. Elle en a même fait son métier. recrutée par les familles de disparus et parfois par els forces de l'ordre, elle sillonne les Etats-Unis, accompagnée de son demi-frère avec qui elle a des relations pour le moins complexes...

Mon avis :

Voici enfin la traduction de l'autre série écrite par Charlaine Harris, l'auteure de La Communauté du Sud, petit rappel pour celles et ceux qui ont passé les derniers mois coupés du monde.
Publié outre-atlantique en 2005, Murmures d'outre-tombe est le premier tome des Mystères de Harper Connely, saga aux antipodes de l'urban fantasy, mais qui recèle tout de même un brin de fantastique, puisque l'héroïne Harper, sent les morts.
Non pas qu'elle les renifle, mais plutôt qu'elle sent leur présence. Elle est une espèce de radar qui permet de localiser le corps, pour peu qu'elle ait suffisamment d'informations.
Elle n'est pas un médium, elle ne communique pas avec eux, mais sa connexion lui permet tout de même de revivre les dernières secondes de vie du défunt et donc de déterminer la cause du décès.

Accompagnée de son demi-frère dont elle est très proche, elle parcourt le pays, pour retrouver les morts moyennant finance, pour le compte de particuliers.
Ce n'est pas un métier facile, et ses déclarations d'impôts sont toujours un véritable un casse-tête. Sans compter le regard hostile des autres qui, même s'ils font appel à ses dons, la prennent pour le diable en personne.
Profondément marqués par un passé familial dramatique, Harper et Tolliver ne se quittent jamais. Ils vivent de manière fusionnelle et ne peuvent se passer l'un de l'autre. Harper est une femme fragile malgré son tempérament et Tolliver est son roc, son protecteur, celui qui s'occupe de tout.
Aussi, quand ils sont appelés pour une mission à Sarne, ils ne se doutent pas que retrouver le corps demandé va les amener à littéralement déterrer un passé qui aurait dû rester caché...

Une entrée en matière sympathique et réussie pour une série purement policière, car il n'y a pas l'ombre d'une romance ou d'un sein qui se dévoile ici.
Charlaine Harris s'est largement écartée de ce que nous connaissons, pour nous offrir un roman atypique et quelque peu inclassable.
L'intrigue est principalement centrée sur la résolution de l'enquête et des mystères qu'elles dévoilent, entre complots, tromperies, adultères et meurtres, la petite ville de Sarne est loin d'être la bourgade tranquille des dépliants touristiques. Nos deux héros seront secoués, tourmentés, agressés, terrifiés, et il n'y aura pas de repos avant les toutes dernières pages.
Oh, il y aura bien un petite romance si, mais le caractère distant d'Harper n'en fera qu'une aventure, jusqu'à continuer à vouvoyer son partenaire… ce qui en dit long sur sa vie et ses difficultés.
Comment imaginer un avenir quand vous n'avez que votre frère dans votre vie ? Que vous êtes aussi dépendante de lui ? Quand les autres vous prennent pour un monstre ?
Harper souffre et vit dans le passé. La normalité n'est pas pour elle, mais peut-être qu'un jour qui sait, elle pourra s'installer et jouir d'un peu de tranquillité.

Décidément, l'auteure sait donner naissance à des héroïnes singulières et attachantes qui ne nous laissent pas indifférents. Sans être la lecture du siècle, ce début de série est assez réussi pour nous donner envie de lire la suite Pièges d'outre-tombe, à paraître le 16 mars prochain.

vendredi 14 janvier 2011

Les feux de la passion

Place à la romance médiévale de chez Harlequin ! un début prometteur pour une série mettant en scène des chevaliers sous le règne d'Aliènor d'Aquitaine et Henri II d'Angleterre.

Les Chevaliers de la couronne tome 1
Les feux de la passion
de Denise Lynn

Éditions : Harlequin
Collection : Les Historiques
Sortie le 1 juin 2010


Présentation de l'éditeur :

Poitiers, 1169.
Mariée adolescente à un tout jeune homme qui s’est enfui sitôt après les noces, Adrienna est devenue femme sans jamais connaître ni rechercher le feu de la passion. Jusqu’au jour où, à la cour d’Aliénor d’Aquitaine, l’arrivée d’un chevalier diaboliquement beau fait très vive sensation. Un seul regard de l’étranger… et Adrienna se sent consumée, animée d’une faim nouvelle qui, désormais, ne va plus lui laisser de repos. Et tandis qu’elle rêve en secret de se donner à lui, voilà qu’elle fait une stupéfiante découverte : le prétendu étranger n’est pas, en fait, un inconnu pour elle. Il s’agit… de son époux, Hugh de Ryebourne, plus viril, plus impressionnant qu’autrefois, et qu’elle croyait ne plus jamais revoir !

Mon avis :

Premier opus d’une trilogie moyenâgeuse Les Chevaliers de la Couronne, Les feux de la passion porte plutôt bien son nom. Faisons fi des faits historiques qui ne servent que de décor, concentrons nous sur l’essentiel de l’intrigue à savoir, la sulfureuse relation entre Adrienna et Hugh. La quatrième de couverture étant une introduction plus que correcte, nous ne reviendrons pas sur la trame de l’histoire. Mais sachez toutefois
qu’elle ne laisse entrevoir qu’une infime partie de celle-ci, beaucoup plus riche qu’elle n’y parait, et bien plus passionnante.

Les deux protagonistes, parfaitement construit, sont en totale adéquation avec leur époque, bien qu’Adrienna ait un profil plutôt classique dans le genre : têtue, intelligente, indépendante, mais soumise à la volonté de son père et de sa reine.

Hugh, quand à lui, est un mâle alpha dans toute sa splendeur, provocateur et rustre, mais l’auteur n’hésite pas à nous montrer aussi ses moments de faiblesse, ses fêlures dues à un passé plus que douloureux. Ce qui le rend d’autant plus attachant, il est sans conteste, l’élément fort du roman.

Leur idylle est passionnante car elle est construite sur des mensonges et malentendus. Ne se connaissant pas tout en étant marié, blessés l’un et l’autre, ils devront pourtant apprendre à se faire confiance et ce ne sera pas aisé. Mais la passion qui les pousse l’un vers l’autre sera plus forte, pour notre plus grand bonheur, car même leurs échanges pourtant vigoureux seront emprunt d’une tension sexuelle plus que palpable. Et ces moments sont un véritable régal.

Le style de Denise Lynn est très agréable, fluide et soutenu. Et bien que ce ne soit pas la romance historique de l’année, Les feux de la passion est une très agréable lecture. Le second tome, Le serment trahi, est paru au 1er août et le dernier, La courtisane d'Aliènor au 1er octobre.

jeudi 13 janvier 2011

Tombeau ouvert

Troisième opus des Dossiers Dresden, cette fois Harry devra affronter les copains de Casper, tout un programme !

Les Dossiers Dresden tome 3
Tombeau Ouvert
de Jim Butcher

Éditions : Milady
Sortie le 9 avril 2010



Présentation de l'éditeur :


Harry Dresden a affronté son lot d'horreurs, des vampires surexcités aux garous psychotiques. Mais toutes ces années passées à combattre le surnaturel ne l'ont pas préparé à ça : le monde des esprits est devenu fou. Les fantômes harcèlent Chicago, des spectres torturés, violents et... sanguinaires. Quelqu'un - ou quelque chose les pousse à se réveiller de méchante humeur. Pourquoi ? Et pourquoi la plupart des victimes ont-elles un lien avec Harry ? S'il ne le découvre pas bientôt, il pourrait bien lui aussi passer de l'autre côté.

Mon avis :

Dans ce volet, Harry Dresden, notre mage, doit affronter le mal en personne. Des spectres sèment la pagaille dans tout Chicago, ses amis sont victimes de possessions étranges, une aura maléfique plane sur sa tête attendant son heure pour frapper. Harry va beaucoup souffrir et ses proches aussi …

Ce troisième tome, particulièrement réussi (ça commence à devenir récurent, mais comment le dire autrement ?) nous prouve encore une fois que l’œuvre de Jim Butcher est une véritable bombe. Elle monte en puissance au fil des tomes, toujours plus forte, toujours plus attachante, toujours plus passionnante.

Dans Tombeau Ouvert, nous découvrons de nouvelles facettes du mage, le rendant encore plus humain. Affronter le mal n’est pas chose facile, et la sensibilité du magicien sera mise à rude épreuve, laissant ressurgir sa part d’ombre, celle qu’il veut ignorer mais qui fait indubitablement partie de lui. L’intrigue, très inquiétante, flirt avec l’épouvante. Particulièrement bien menée, elle nous laisse découvrir au fur et à mesure des éléments importants pour l’ensemble de la série. Ces révélations mèneront invariablement à une fin en demi-teinte, nous laissant dans le suspense le plus totale, plutôt secouée.

Si vous n’avez pas encore ouvert le premier tome, ou pire, si vous ne l’avez pas encore acheté, dites vous que vous êtes en train de louper la série du siècle. Rien ne vaut les aventures d’un mage nommé Harry et d’un esprit nommé Bob, fan de romances légères de chez Harlequin, résidant dans un crâne. Du grand art !

Succubus Nights

Voici MA série bit-lit, si je ne devais en garder qu'une seule, ce serait celle-ci, car elle met en scène une héroïne selon mon cœur.
Richelle Mead sait mettre en mots les sentiments exacerbés de ses personnages comme personne et jamais elle ne l'a aussi bien fait qu'avec Georgina Kincaid.
Comme pour toutes les premières séries bit-lit publiées par Bragelonne et Milady, je n'ai pas chroniqué le premier tome et vu que qu'il a subit la malédiction des livres prêtés à la famille ou aux amis, c'est-à-dire qu'on ne me l'a jamais rendu, je ne peux le faire.
Mais mon avis sur le second opus vous donne une assez bonne image de la saga je pense :-)



Succubus Nights, tome 2

de Richelle Mead

Éditions : Bragelonne

Sortie le 9 juillet 2009



Présentation de l'éditeur :

L'amour, ça fait mal. Et nul ne le sait mieux que Georgina Kincaid, à qui il suffirait d'embrasser son petit ami pour le vider de sa force vitale. Car Georgina est un succube, un démon qui tire son pouvoir du plaisir des hommes. C'est vrai qu'il y a des compensations plutôt sympas : elle peut changer de corps à volonté et elle est immortelle. Mais ne pas pouvoir roucouler avec le seul homme qui l'accepte comme elle est, c'est trop injuste ! Dans la librairie où elle travaille, c'est aussi un peu chaotique. Son collègue Doug a un comportement pour le moins étrange et Georgina soupçonne quelque chose de bien plus démoniaque qu'une overdose d'expressos. Et voilà que son meilleur ami immortel, un incube irrésistible, l'appelle sur une mission de séduction plus que délicate. Une fois encore, Georgina va devoir remuer le ciel et l'enfer - et vite !

Mon avis :

Georgina Kincaid est libraire à Seattle. C’est aussi un succube depuis plus d’un millénaire. Avec son équipe de choc digne du Scooby Gang (deux vampires, deux démons et un ange), elle travaille dur pour détourner du droit chemin quelques bonnes âmes mâles (ou femelles), satisfaisant de concert son besoin d’énergie vitale et son supérieur démoniaque.

Mais son cœur n’est plus vraiment à l’ouvrage et Georgina rêve de vie tranquille, d’amour simple et de famille. dans le premier livre relatant ses aventures (Succubus Blues), nous l’avions vu affronter un nephilim en colère (qui laissait une ribambelle de cadavres d’immortels bel et bien morts derrière lui) et Georgina nourrissait l’espoir de vivre une histoire d’amour avec Seth Mortensen, son auteur préféré. Elle est un succube romantique, mais ses aspirations sont quelques peu incompatibles avec sa fonction.

Dans ce nouvel opus, l’intrigue tourne principalement autour de cette liaison peu conventionnelle. En effet, Georgina et Seth s’aiment, mais ne peuvent se toucher. Jamais ils ne pourront faire l’amour et se donner librement l’un à l’autre, sans mettre la vie de l’être aimé en danger. Triste ironie du sort pour une femme dont la survie dépend de cet acte de chair qu’elle ne peut partager qu’avec de parfaits inconnus. Alors Georgina souffre, se pose beaucoup de questions et meurt chaque fois un peu plus, quand le moment de prendre ce qui lui est essentiel finit par arriver. Que la vie est cruelle même pour les êtres infernaux ...

Plus sombre que le premier, "Succubus Nights" est une romance gothique, dont la force réside principalement dans sa capacité à nous renvoyer en pleine figure nos propres faiblesses, à savoir, ce que nous serions capable de supporter par amour. Mais peut-être que le doux rêve de Georgina et Seth se fera réalité. Belle utopie que cette envie de voir l’amour inconditionnel triompher de tout.

L’univers original et le style impeccable de Richelle Mead font de cette suite une véritable réussite, et Dieu que la vie est dure avec nous, pauvres lecteurs, qui devront attendre encore un peu avant de lire l’épilogue de cette jolie et triste histoire, celle d’un succube et de son mortel amoureux.

Darkling

Place à la Bit-lit avec une saga que nous défendons becs et ongles avec Kamana. Ce n'est pas la plus appréciée du genre et pourtant, c'est l'une des plus riches.
A l'époque de la parution des deux premiers tomes, je n'écrivais pas encore de chroniques. Mon premier avis rédigé et publié fut sur Darkling, le troisième opus des Sœurs de la Lune, mais à l'occasion, je relirais les deux premiers pour vous en donner un avis détaillé.

Place donc à Menolly, le vampire de la famille pour une histoire émouvante et passionnante !







Les Sœurs de le Lune, tome 3 : Darkling

De Yasmine Galenorn

Éditions Milady
Sortie le 2 octobre 2009


Présentation de l'éditeur :

Nous sommes les soeurs D'Artigo : mi-humaines, mi-fées, agents qualifiés et sexy de la CIA d'Outremonde. Quand elle est stressée, Delilah se transforme en chat. La magie de ma soeur Camille est aussi imprévisible que la météo de Seattle. Moi ? Je suis Menolly, une acrobate devenue vampire et je donnerais ma canine droite pour me venger de mon Sire.
Partout dans Seattle, des humains disparus réapparaissent avec des canines plus longues que nature : signe queun vampire renégat se promène dans les parages. Tout porte à croire que Dredge, celui qui est à leorigine de mes cicatrices, y est pour quelque chose et qu'il s'est allié à l'Ombre Ailée. Si c'est le cas, la Terre et d'Outremonde sont dans de sales draps !

Mon avis :

Les Sœurs de la Lune est une série un peu à part dans l’univers de la bit-lit. Mi-humaine, mi-fae, les sœurs d’Artigo nous entraînent dans un univers fascinant, où se mêlent les créatures surnaturelles d’Outremonde et les humains. Chacun ayant la connaissance de l’existence de l’autre sans pour autant avoir envie de se rencontrer.

Ce qui fait sa particularité, c’est le ton employé par l’auteur, d’apparence léger mais bien plus lourd de sens au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire. Si beaucoup de lecteurs n’avaient pas été convaincus par le premier tome Witchling, dont la narratrice était l’aînée, Camille, certains ont commencé à changer d’avis avec le second opus dédié au chaton de la famille, Delilah. C’est donc tout naturellement au tour de Menolly, la vampire, de nous raconter son histoire.

Présente sans vraiment l’être dans les précédents tomes, celle-ci nous paraissait quelque peu mystérieuse, froide (sans mauvais jeux de mot), peu expansive. Dans Darkling, nous comprenons enfin la raison de sa distance. Menolly a énormément souffert pendant sa transformation, un traumatisme physique et psychologique qu’elle a porté, jour après jour, heures après heures, pendant plus de douze ans.

Une plaie béante, l’empêchant de vivre une relation normale avec qui que ce soit. Même ses propres sœurs étaient ignorantes de ce qu’elle avait vécu. Seule sa future confrontation avec son sire poussera Menolly à vouloir se libérer de cette souffrance.

Bien sûr, leur combat contre l’Ombre ailée continue, et le monde des humains est plus que jamais en danger. De nouveaux personnages, très intéressants, prennent vie et laissent présager des moments fort divertissants à venir.

Plus sombre que les précédents, cet opus est une véritable réussite, et c’est avec impatience que je vais commencer la lecture de Dragon Wytch, où nous retrouvons notre sorcière Camille en compagnie de Flam, le dragon le plus sexy du monde surnaturel. M’est avis qu’il va faire très très chaud chez les sœurs d’Artigo …

mercredi 12 janvier 2011

Le loup blanc

Fans de héros torturés ce tome est pour vous. Point de légèreté ici, l'histoire de Zarek est poignante et sans concessions ...

Le loup blanc
Dark-Hunters tome 4
de Sherrilyn Kenyon

Éditions : J'ai Lu
Collection : Crépuscule
Sortie le 1er septembre 2010


Présentation de l'éditeur :

Condamné à la peine capitale par la déesse Artémis, Zarek, le Chasseur de la Nuit, échappe temporairement à cette sentence. Banni aux confins de l'Alaska, il doit être jugé par Astrid, fille de la justice, réputée pour sa sévérité. La belle aveugle a deux semaines pour statuer sur le sort de celui qu'elle ne peut voir qu'à travers le regard de son loup blanc. Mais, dans le huis clos de son chalet où elle tente de cerner la personnalité du guerrier, rendre un verdict n'est pas évident. Zarek est-il ce monstre sanguinaire au cœur de glace dépeint par ses ennemis ou un être meurtri en quête de rédemption ? Quoi qu'il en soit, c'est une véritable force de la nature dont la beauté l'émeut, même si elle sait qu'elle devra peut-être, en son âme et conscience, l'envoyer à une mort horrible.


Mon avis :

Il y a des guerriers sombres et sauvages qui ne vous laissent pas indifférent tant leur aura est dévastatrice. Zarek est de ceux là. Le chasseur de la nuit qu'Acheron protège envers et contre tous est la somme d'une vie humaine de servitude et de maltraitance et des siècles de solitude au fin fond de l'Alaska. Exilé comme un criminel dans cette étendue blanche et désespérante pour des raisons obscures par Artémis voilà 900 ans, Zarek tente de survivre et d'accomplir son rôle de tueur de démons sans jamais se faire totalement oublier.
Sa dernière mission à la Nouvelle Orléans lui vaut d'être condamné à mort par la Déesse, pour un crime qu'il n'a pas vraiment commis, victime de la machination de Camulus et Dionysos. Seule l'intervention d'Acheron lui sauve la vie, du moins le temps d'être jugé par une des filles de Thémis, Déesse de la justice. Astrid, dont le cœur s'est endurcie au fil des siècles, devra prendre une terrible décision : laisser une seconde chance à Zarek ou décider de sa condamnation à mort.

Suite directe de La fille du Shaman, ce quatrième opus de la série des Dark-Hunter est beaucoup plus sombre que les précédents. La personnalité ténébreuse et colérique de Zarek laisse peu de place à l'humour et à la joie de vivre. Son histoire tragique et violente, nous laisse un goût amer et c'est avec beaucoup de compassion que nous lisons le récit de sa vie. Sa relation avec Astrid sera tumultueuse et surtout, demandera beaucoup de compréhension et de patience des deux partis. Comme un animal, Zarek devra réapprendre à interagir avec le monde, avec les autres, avec ceux qu'il déteste depuis tant d'années. Ils devront s'apprivoiser l'un l'autre, se faire doucement confiance,
et surtout tâcher de trouver ensemble les preuves de l'innocence de Zarek.
Leur idylle est émouvante et prendra le temps de s'installer.

Des éléments clés de la relation de Zarek et Acheron seront enfin dévoilés. Des questions trouveront leurs réponses mais celles-ci amèneront d'autres interrogations. La saga devient addictive et la fin de ce tome nous laisse un immense sentiment de frustration. On en veut encore !