Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

vendredi 23 octobre 2015

Le Hobbit : l'histoire d'un aller-retour mal aimé



S'il y a un nom qui ne peut laisser personne indifférent, c'est bien celui de Peter Jackson. Il faudrait avoir vécu caché dans une forêt pour ne pas le connaître tant il a marqué durablement le cinéma de genre.


 Personnellement, je connais Peter (bah voui, c'est un intime) depuis Bad Taste. Le film le plus dégueulasse que j'ai jamais vu, mais aussi le plus marrant (quand on aime les extra-terrestres qui bouffent les cerveaux). 



Puis il y a eu The Feebles et surtout Braindead. Et là, je suis définitivement tombée amoureuse. Le film de zombies culte par excellence comme je les aime. Gore et décalé mais très ambitieux. Peter ne rigole pas avec le cinéma et il donne déjà à cette forme d'expression un côté lyrique. Oui, même avec les zombies, parce que Peter aime les monstres, il est comme ça. 



Mais Peter n'est pas qu'un réalisateur de films d'horreur, il est capable de bien plus que de raconter les dérives sexuelles de marionnettes ou d'expliquer en image comment utiliser une tondeuse à gazon pour tuer des zombies. Il nous le prouve avec Créatures célestes, drame poétique que personne n'a vu venir et qui a récolté un bon nombre de prix dont le Lion d'argent au festival de la Mostra de Venise. Peter est enfin pris au sérieux, sa plus grande aventure peut commencer.

En 1999 débute le tournage du Seigneur des anneaux, celui-ci se terminera en 2000 et les pickups en 2003. Nous connaissons tous le succès international de la trilogie, je n'ai pas vraiment besoin de revenir dessus. 3 milliards de dollars de recette, 17 oscars pour l'ensemble de la trilogie et un oscar du meilleur réalisateur en 2004 pour Le Retour du roi. C'est ce qu'on appelle un beau succès pour une trilogie qui était mal partie au départ, pas grand monde n'y croyait. 



Peter n'a jamais souhaité réaliser The Hobbit, mais l'insistance des fans et du studio le pousse finalement à travailler sur le projet en tant que coscénariste (avec sa femme, Fran, et Philippa Boyens) et producteur. C'est Guillermo Del Toro, un autre grand amoureux des monstres qui est censé le réaliser, mais celui-ci démissionne en mai 2010 ne pouvant plus attendre après les incessants reports de dates de tournage. En effet, divers problèmes de droits se posent et ils ne seront réglés qu'en 2011. Peter reprend finalement le projet puisqu'il était déjà bien avancé et le studio, la MGM, avait déjà financé plus de deux ans de pré-production. Quelques ulcères hémorragiques plus tard (on est potes d'ulcères avec Peter, on se comprend bien), le tournage du Hobbit débute enfin en mars 2011 .

Cette longue introduction à mon propos n'est pas ici tout à fait par hasard. Il était important pour moi de resituer le personnage et de rappeler que tous les projets de cette ampleur sont forcément risqués, compliqués et que, pour arriver à terme, ils nécessitent de la persévérance, du talent, mais surtout de la passion. Et Peter n'en manque pas.

Les trois volets du Hobbit ont eu beaucoup de succès et ils étaient très attendus. Pourtant, ils furent également très critiqués. Trop de comparaisons avec sa première trilogie (et c'était justement pour cette raison que Peter ne souhaitait pas les réaliser), mais aussi diverses critiques techniques et surtout scénaristiques ; le principal reproche étant que trop d'éléments de l'intrigue ne se trouvaient pas dans le livre original. Ce genre de critiques me fait très souvent rigoler, car elles ne sont pas totalement fondées. Mais faisons le point ensemble, veux-tu ?


  
Déjà, il est quand même bon de rappeler qu'une adaptation ciné d'un livre ou d'une BD n'est qu'une vision personnelle de cette même œuvre. Jamais, dans l'histoire du cinéma, je n'ai vu une adaptation fidèle mot pour mot, chapitre pour chapitre, d'un livre. Ce serait d'une part très ennuyeux et d'autre part complètement inutile. De plus, ce que chacun ressent et imagine tout le long d'une lecture est quelque chose de singulier et personnel, nous n'avons jamais la même vision d'un personnage ni le même ressenti face à une situation. 


Trop de comparaisons avec sa première trilogie

Le Seigneur des anneaux a durablement marqué les esprits et à raison. D'une part, cette adaptation fut une merveille visuelle et technologique et, d'autre part, a réconcilié le grand public (et les studios) avec un genre bien souvent décrié : la fantasy.
Le ton dramatique du Seigneur des anneaux est aussi très présent dans les livres, mais également à l'écran. Ce sont, au final, des films assez sombres, et le public (ainsi que beaucoup de critiques) fut assez surpris par l'aspect, disons plus coloré, du premier volet du Hobbit. Et pour cause, Le Hobbit est avant tout un livre pour enfant avant d'être un préquel au Seigneur des anneaux



Rappelons qu'il fut écrit dans les années 30 (et fut publié en 1937), par un Tolkien qui voulait avant tout amuser sa progéniture. Pour le coup, les aventures de Bilbo et des treize nains paraissent bien plus fades et loufoques face à celle de la quête de l'anneau. Et pourtant, beaucoup de choses se jouent à ce moment de l'histoire, puisque c'est le succès du Hobbit qui amènera Tolkien à écrire sa « suite » qui sera publiée presque vingt ans plus tard (sans parler de l'univers créé autour).

Sachant que Le Hobbit n'était en fait qu'une très mince introduction à l'univers de la Terre du Milieu, il a fallu créer de nombreux liens avec la première trilogie. Au cinéma, les intrigues doivent avoir un bon nombre de rebondissements pour ne pas perdre le spectateur, elles doivent donc être très enrichies visuellement à la différence d'un roman où les émotions peuvent être décrites en quelques lignes. A ce propos, le travail scénaristique de Peter, Fran, Philippa et Guillermo fut assez incroyable, car, d'une part, ils répondent enfin à beaucoup de questions qui restent en suspens après la lecture du Hobbit, et, d'autre part, ils ont assuré une continuité vitale entre les deux trilogies. 

 
Trop d'éléments de l'intrigue ne se trouvent pas dans le livre original

Et j'ai envie de dire que c'est tant mieux. Tous ceux qui ont lu Le Hobbit se souviennent (du moins je l'espère) que l'intrigue principale est assez mince : un hobbit qui n'a rien demandé se retrouve propulsé dans une aventure incroyable, pleine de péripéties, pour aider treize nains à déloger un dragon d'une montagne remplie d'or. C'est léger pour en faire trois films. 

On pourrait donc reprocher au réalisateur d'avoir voulu en faire trois, alors que seulement deux étaient prévus au départ. Or, faire trois films était finalement plus que souhaitable et je vais te dire pourquoi : tous ceux qui ont lu Le Hobbit savent que dans le récit, il y a des trous narratifs qui te laissent le temps d'aller lire la Bible. Eh oui, beaucoup d'éléments sont à peine évoqués et ne seront jamais développés, au grand damne du lecteur. 
Qui est finalement ce Nécromancien ? Que va faire Gandalf pendant plus de la moitié du livre avant de revenir comme une fleur à la fin pour la bataille ? Le nécromancien est vaincu... par qui ? Comment ? Pourquoi des hordes de gobelins et d'orques débarquent à Dale pour conquérir la montagne ? Pourquoi le dragon Smaug quitte Erebor pour attaquer les habitants de Lacville alors qu'il savait que les nains étaient chez lui ?

Les nains restent cachés du dragon au lieu de l'affronter. Est-ce que, visuellement, cela sert le film ? Ou faut-il plutôt rajouter une scène de bataille qui nous rappelle que les nains sont de grands guerriers et qu'ils feront tout pour reconquérir leur maison ?

Que celui qui pense que j'ai tort à ce propos me lance le premier rocher sur son passage. Avoue-le, lecteur, adapter Le Hobbit tel qu'il est aurait été totalement décousu et d'un ennui mortel.

Ou un gif de Tom, ça fait moins mal *_*


Les rajouts scénaristiques servent totalement les films, mais enrichissent également l'intrigue et répondent à bon nombre de nos questions. De plus, certains éléments supplémentaires ont été écrits par Tolkien lui-même, pas dans Le Hobbit, mais dans les appendices du Seigneur des anneaux, comme le Conseil Blanc, qui fait admirablement le lien entre les deux trilogies, ou la rencontre de Gandalf et Thorin à Bree qui comble les trous scénaristiques du premier film et qui explique pourquoi Gandalf pousse Thorin à entreprendre cette quête et à recruter un cambrioleur. 



Azog le profanateur a également été créé par Tolkien et apparaît dans les appendices ; la liberté des scénaristes a été d'en faire le méchant de l'histoire, car tout bon héros à besoin de son antagoniste.

Maintenant, parlons de la grosse polémique, car il en faut bien une à chaque fois, hein, sinon on s’ennuierait. La présence de Legolas, absent de l’œuvre originale, et de Tauriel, personnage créé de toutes pièces.
Pour le premier, personnellement, je trouve assez fun de le retrouver chez lui et de voir ses relations avec son père. Thranduil est un personnage important dans le livre et rajouter la présence de son fils est un excellent lien avec les aventures qui suivront. De plus, il aurait été curieux d'aller chez les elfes sylvestres sans voir Legolas, puisque 60 ans plus tard, il est un elfe adulte, un prince qui prend part à une quête importante. Au final, le voir participer à cette aventure semble logique et raccord avec la première trilogie.



Passons à Tauriel. Comme dans Le Seigneur des anneaux dans lequel Peter à donner beaucoup plus d'importance aux rôles féminins qu'il n'y en a réellement dans les livres, il a voulu rajouter une note féminine. Dans Le Hobbit, il n'y a pas de femmes. Personnellement, ça ne me gêne pas du tout. Mais voilà, à l'époque de la sortie du premier film, j'ai lu beaucoup de critiques sur le fait que le film était machiste. Hum, ça m'a donné beaucoup de boutons, sincèrement beaucoup de boutons et je me suis dit que les gens étaient quand même un peu débiles de faire une telle critique, car dans l’œuvre originale, il n'y a PAS de femmes. Ce n'est donc pas de la faute de Peter. Mais comme il faut trouver un coupable, on a ensuite dit que Tolkien était un écrivain misogyne. Et là, j'ai encore eu beaucoup de boutons et je ne remercie donc pas les personnes qui ont émis de telles sottises.



Faut-il que je te fasse un cours d'histoire ? Que je resitue l'écriture du Hobbit dans le temps ? Allez, je suis d'humeur joueuse. La rédaction du Hobbit a débuté dans les années 20 pour se terminer dans les années 30. Connais-tu beaucoup d’œuvres littéraires d'aventures (c'est important de préciser « d'aventures ») rédigées à cette époque, avec des héroïnes fortes ? Hein ? J'attends... Eh bien, il n'y en a pas beaucoup. Même Wonder Woman n’existait pas (1940). Alors le seul reproche que l'on peut faire à Tolkien, universitaire anglais tranquille, marié et père de famille, c'est d'avoir été un homme... de son temps. Bouhouuuu le méchant. 



Alors, la création du personnage de Tauriel devait satisfaire tout le monde, sauf que ça n'a pas été le cas. Pourtant, je la trouve géniale, moi, cette elfe qui se dresse contre son roi pour une juste cause. Elle est belle, forte, douée avec une dague, mais elle a un faible pour un nain... ah, encore un sujet polémique. Non, pas pour le nain (du moins, je l'espère, au moins on ne reprochera pas au réalisateur de faire de la discrimination entre espèces, hein !), mais pour la touche de romance rajoutée à l'intrigue. J'ai lu des choses comme « Il fait comme dans Le Seigneur des anneaux, y a une histoire d'amour entre un elfe et un nain, c'est débile. » Ah. Mais il est où le problème ? Parce que c'est sans fin... Il n'y a pas de femme, quand il y en a une, il ne faut surtout pas qu'elle tombe amoureuse parce que c'est débile. Ok. Les grands philosophes ont parlé.
Je ne dis pas que la critique n'est pas fondée, après tout, on pourrait se demander pourquoi, parce qu'il y a une femme, la romance pointe le bout de son nez. Et j'ai envie de dire, pourquoi pas ? Après tout, une héroïne forte peut avoir des sentiments et les exprimer. Ce n'est pas incompatible. Même Sarah Connor est tombée amoureuse, bordel !



Bref, tu l'auras compris, face à tant de critiques pointilleuses et pas forcément constructives, j'ai fini par laisser tomber pour apprécier pleinement chacun des films. Je ne dis pas qu'ils sont parfaits, loin de là, d'ailleurs, les versions longues des deux premiers films sont bien meilleures que les versions cinéma. Mais, face à tant de travail et de conviction, on ne peut pas les reléguer à de simples pop-corn movies lambda.

 
Et les nains dans tout ça ?



 Disons-le tout net, ils sont exceptionnels. Dans le livre, Tolkien n'en décrit que trois ou quatre, et ils ne sont différenciés que par la couleur de leur bonnet. Ça, au cinéma, ça ne peut pas passer. Ils doivent tous être différents et avoir leur histoire propre pour que le spectateur puisse développer une certaine empathie envers eux. D'où le soin particulier qui a été donné à la création de chacun, que ce soit sur leur physique, sur leurs vêtements ou leur comportement. Il était important que nous ayons de la sympathie pour Balin, par exemple, puisque c'est chez lui que Gimli emmène la communauté pour un détour par la Moria dans Le Seigneur des anneaux. Nous voyons sa tombe et le massacre dont lui et les siens ont été victimes. Il fallait bien reconnaître également Gloin, le père de Gimli. Bref, tous ont des origines et un vécu bien distincts qu'il fallait voir et comprendre dans Le Hobbit. Les scénaristes ne pouvaient pas se contenter seulement d'énumérer leurs noms alors qu'ils sont le cœur même de l'histoire. Et là est la magie du cinéma, Peter nous a offert ce que Tolkien n'a pas fait ou pas pu faire à l'époque de la création du Hobbit, qui n'était, je le rappelle, qu'une œuvre qui devait rester confidentielle. L'auteur a mis vingt ans de plus pour enrichir la Terre du Milieu. 

Alors oui, d'autres choix scénaristiques peuvent être discutables, comme le fait que Kili, Fili et Bombur rejoignent le reste de la troupe qu'après l'attaque de Lacville. Personnellement, tant que tous les nains sont rassemblés au bon moment, ça ne me pose pas de problème, c'est juste une péripétie de plus qui a permis au couple Tauriel / Fili d'avoir un peu de place dans l'histoire et d'assister à des combats bien badass entre Legolas et Bolg ; du positif en somme. L'essentiel est présent et respecté et le spectacle n'en est que plus intéressant. Bref, avec un peu de recul par rapport à l’œuvre princeps, on peut reconnaître que ces trois films nous offrent de très beaux moments de cinéma.



Que l'on aime ou pas Le Hobbit, on ne peut que s'incliner face à Peter qui aura passé plus de quinze ans de sa vie à adapter Tolkien à l'écran.

Moi, j'aime ses deux trilogies et j'attends avec une grande impatience la version longue du dernier volet, La Bataille des Cinq Armées. Parce que les deux forment un tout, une histoire incroyable qui débute avec Bilbo et qui se termine avec Frodon, et comme le dit si bien Gandalf « Toutes les bonnes histoires méritent d'être enjolivées. »

Merci Peter, la Terre du Milieu va me manquer... 





mercredi 21 octobre 2015

Pumpkin Spice Latte ou Café Latte à la Citrouille




C'est la boisson du moment dans les Starbucks et il faut dire que c'est terriblement bon. Mais, tous le monde n'a pas de Starbucks chez soi, ou peut-être as-tu envie de faire une version maison, forcément moins coûteuse et sûrement moins calorique et c'est ton droit.

Plusieurs recettes circulent sur le net, certaines à base de citrouille, d'autres sans, c'est une recette « sans » que je vais te proposer aujourd'hui.

Tout d'abord, il faut savoir qu'un café latte à la citrouille ne veut pas forcément dire qu'il y a de la citrouille dedans. Bien souvent ce sont surtout les épices pour la Pumpkin Pie qui sont utilisés, couramment appelés Pumpkin Spice Mix. Comme tu peux t'en douter, difficile d'en trouver chez nous (sauf si tu habites Paris ou que tu commandes sur le net), alors le mieux est de faire ton petit mix toi-même et voici comment :

Pumpkin Spice Mix

Tout d'abord, prendre un bocal qui se ferme correctement, puis tu mélanges :

  • 4 cuillères à soupe de cannelle
  • 3 cuillères à café de gingembre en poudre
  • 2 cuillères à café de muscade en poudre
  • 1 cuillère à café de piment de la Jamaïque (aussi appelé 4 épices, mais attention, pas le 4 épices de chez nous)
  • 1 cuillère à café de clous de girofle moulus

Bien garder à l'abri de la lumière et de l'humidité !

Tu peux mettre de ce fabuleux mélange dans tes gâteaux, tes tartes (notamment au potiron) et, donc, tes boissons... c'est là qu'il intervient dans notre recette ! (Note l'enchaînement ultra pro, oui je suis douée...)

Oui bébé, tu as bien lu !


Pumpkin Spice Latte

Tout d'abord, il est important d'avoir une machine à expresso, en cas d'absence, faire un café bien fort.
Faire chauffer du lait dans une casserole (tu doses comme tu le sens et en fonction du nombre de tasses, tu es grand (e)!), avec un peu d'extrait de vanille, ou un sachet de sucre vanillé. Y ajouter une ou deux cuillères de ton pumpkin spice mix.
Faire mousser le lait, soit au mixer, soit à la main. Faire couler un expresso dans une tasse, bien le sucrer avec de la cassonade, rajouter éventuellement un peu d'épices (si tu aimes que ce soit bien corsé), rajouter le lait. Tu peux terminer avec une touche de chantilly saupoudrée de pumpkin spice mix, c'est joli, ça fait de l'effet et c'est super bon.

D'autres recettes proposent de faire un sirop de cassonade pour rajouter au café, preuve qu'il est important que ce soit bien sucré. Je ne le répéterai jamais assez, le sucre relève le goût des épices. D'autres encore proposent de rajouter une cuillère de purée de potiron. C'est très bon également, quand on en a, mais, comme chez nous le potiron n'est pas vendu en purée et en boîte, ce n'est pas toujours évident (tu as la possibilité de commander sur le net, merci à mon pioupiou pour le lien )

Allez, tente ce joli et doux breuvage, et tu m'en diras des nouvelles ! Bonne dégustation. 

C'est mon mien !!








mardi 20 octobre 2015

À chaque film il y a un comic # 7 : Du Transperceneige à Snowpiercer



S'il y a une chose que le cinéma de genre a de bon, c'est qu'il sait remettre au goût du jour de véritables pépites souvent injustement oubliées. 


Ce fut le cas de Snowpiercer, OVNI post-apocalyptique coréen, passé un peu trop inaperçu à mon goût. L'excellente surprise visuelle m'a naturellement poussée vers l'histoire originale.

Snowpiercer est en fait une vision toute personnelle du Tranceperceneige, cultissime bande-dessinée française de SF des années 1980 de Jean-Marc Rochette et Jacques Lob, reprise à la fin des années 1990 pour deux volumes supplémentaires par Benjamin Legrand. 


Et s'il y a une chose qui est absolument formidable avec cette œuvre atypique, c'est qu'elle n'a pas vieilli d'un pouce, car le Transperceneige est avant tout une histoire profondément humaine sur fond de cataclysme climatique qui aurait pu mettre fin à toute civilisation.


Les survivants de l'espèce humaine sont enfermés dans un train gigantesque qui roule éternellement. Bien sûr, l'organisation sociale du train est le même que sur la terre ferme : à la tête, les wagons luxueux et dorés des privilégiés ; en queue, les wagons à bestiaux des déshérités.


Mu par une soif de justice et une colère noire, l'un d'eux, Proloff, aidé par sa compagne Adeline, décide de remonter le train, coûte que coûte, jusqu'à la locomotive.

Adaptée par Bong Joon-ho (à qui l'on doit le fabuleux The Host) en 2013 avec Chris Evans dans le rôle titre, Snowpiercer ne prend finalement que peu de libertés par rapport à l’œuvre princeps. Le cataclysme devient un changement climatique majeur avec une nouvelle ère glacière, mais la trame de fond reste la même, on y retrouve l'ambiance glauque du train, le thème de la lutte des classes et les conditions de vie des survivants, même les drogues qui ramollissent le cerveau. 


Une adaptation très efficace et maîtrisée que personne n'a vu venir, mais qui est restée un peu trop confidentielle et c'est dommage. Pourtant, le casting autant que la réalisation valent largement le détour. 


Le réalisateur coréen s'émancipe des codes du genre pour nous pondre un film violent, sombre, mais pas dénué d'émotions pour autant. Les métaphores qui font écho à notre société actuelle sont nombreuses et laissent présager de sombres années à venir pour l'humanité, en espérant qu'elle réagisse avant d'être obligée de monter sur les rails d'un avenir glacé. 



Snowpiercer

Film sud-coréen de Bong Joon-ho (2013)
Avec : Chris Evans, Tilda Swinton, Jamie Bell...
Genre : Science-fiction , drame
Durée : 2h06 mn





mercredi 7 octobre 2015

Loki tome 1 : Le feu sous la glace



Loki
Tome 1 : Le feu sous la glace

de Dobbs

Éditions Soleil

Sortie le 21er mars 2012
Format album / 46 pages / Prix 14,50 €



Présentation de l'éditeur :

"UNE VISION INÉDITE DU RAGNAROK, LA FIN DU MONDE DE LA MYTHOLOGIE NORDIQUE.

Un moinillon habile et perspicace, un vieux poète facétieux et un guerrier sans passé: Trois prisonniers d’une société de femmes conquérantes, promis à l’esclavagisme sexuel ou au sacrifice…
Trois rescapés, opposés dans leurs convictions, bien décidés à survivre dans ces
terres hostiles et primitives, trois compagnons malgré eux réunis par le destin, pour s’approprier une ancienne relique tombée du ciel dans un déluge de feu…
Alors que les dieux s’égarent en quêtes futiles et que leurs guerres intestines s’enlisent, celles que l’on nomme les Nornes, les Soeurs du Destin, décident de prendre en main le futur de tous. Dieux, géants, monstres et mortels entreront dans l’ère de l’Épée et de la Hache lorsque Loki, le dieu malin, s’éveillera.
Tous s’avanceront alors sur la voie du Ragnarok, le commencement de la fin."

Mon avis :

Comme à leur habitude chez Soleil Celtic, les légendes et traditions nordiques ont une place de choix. Après Odin, Loki se voit donc dédié une série à part entière et c'est tant mieux. Ce premier opus met en place les prémices de ce que deviendra le grand Loki, le dieu malin, dont la destinée est de provoquer le Ragnarok.

Les dessins, autant que le récit, sont un véritable plaisir, dont le seul regret est de ne pas avoir quelques dizaines de pages en plus (les 48 pages se lisent beaucoup trop vite). Il va donc falloir que je me procure la suite rapidement. En attendant, je ne peux que vous conseiller de lire cette BD qui ravira sûrement les fans du genre.







229,00 EUR
Achat Fnac