Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

samedi 28 février 2015

Avec maman

Avec maman
d'Alban Orsini

Éditions Chiflet & Cie
Sortie le 13 février 2014


Présentation de l'éditeur :

Avec Maman, c’est une fiction qui retrace l’histoire d’un fils et sa maman qu’on lit au fil de leurs échanges de textos. Imaginée comme une fiction, cette histoire drôle, touchante et parfois surréaliste nous parle des liens parents/enfants, du décalage de générations…


Mon avis :

Alban Orsini nous offre un drôle de roman entièrement en SMS, de quoi faire fuir au départ, mais sachez que ce serait une grossière erreur. 
Avec maman est un roman à la fois drôle et extrêmement touchant qui met en scène les échanges à distance d'une mère et son fils. Au fil des pages, nous sommes témoins du quotidien de ce drôle de couple et beaucoup de situations trouvent un écho chez nous, soit en tant qu'enfants, soit en tant que parents. On rit aux éclats très souvent, on sourit parfois face à leurs élans de tendresse quelque peu maladroits, mais nous pleurons aussi, car la vie n'est pas toujours drôle.
Un livre qui fait beaucoup de bien, que l'on quitte avec regret et qui s'avère être une présence réconfortante les jours de pluie.


Voici quelques petites captures pour vous donner une idée :



jeudi 19 février 2015

Dracula Untold




Sorti en octobre dernier, Dracula Untold fut la bonne surprise de 2014 pour les amoureux des chauves-souris. En effet, l'idée de revoir Dracula sur grand écran était plutôt jouissif, d'autant plus que les films vampiriques de qualité se font rares.



Pourtant, les critiques mitigées furent nombreuses ; le film divise, mais le succès public est là et c'est quand même le principal.
Pour ma part, l'excitation était à son comble pour de nombreuses raisons, mais surtout celles-ci :

  • 1 : Luke Evans
  • 2 : Luke Evans torse nu
  • 3 : Luke Evans torse nu, avec une épée.



Bien sûr, étant bénie par un chat noir, je n'ai pu voir le film au cinéma, c'est donc tout naturellement que je me suis ruée sur le Blu-ray disponible depuis peu.



Une réelle bonne idée

On peut se demander quel est l'intérêt d'adapter une nouvelle fois l'œuvre de Bram Stoker, surtout après la multitude de films déjà existants sur le sujet. L'atout principal de Dracula Untold est qu'il s'agit d'un préquel à l'histoire du comte telle que nous la connaissons.
Il nous montre comment et pourquoi le prince Vlad III est devenu Dracula, le mythique vampire de la littérature fantastique. Les scénaristes n'ont pas ménagé leurs efforts puisqu'au final, le Dracula de Gary Shore est un savant mélange du personnage historique et de la créature de Stoker. Et quoi qu'en pensent les puristes qui n'aiment pas que l'on touche à leurs classiques, ça fonctionne ! D'autant plus que le film est ancré dans un contexte historique réaliste. 



En effet, le film nous présente le prince Vlad III, voïvode de Valachie (le sud de la Roumanie actuelle), marié et père aimant, que les Valaches craignent autant qu'ils le respectent. Sa réputation de guerrier sanguinaire n'est plus à faire, car il a combattu dans l'armée turque pendant de longues années, il y fut envoyé enfant en tant qu'otage royal. 

Nous sommes ici face à la première réalité historique du film : la première moitié du XVe siècle fut très mouvementée pour l'Europe de l'Est, le puissant Empire ottoman étant déterminé à étendre son pouvoir sur la totalité de l'Europe chrétienne. À ce niveau de l'Histoire, les Balkans sont déjà conquis et Constantinople était tombée (1453). Seuls quelques accords de paix dans les territoires occupés permettaient de maintenir un semblant de calme, à condition que chaque dirigeant offre un tribut au sultan. Le père de Vlad, Vlad II Dracul, conclut réellement un accord de paix avec les Turcs en 1447, après avoir envoyé son fils comme otage royal en 1442 auprès du sultan Mourad II (le père de Mehmed II).

Pour le coup, pas de doute, les personnages du film sont bel et bien ancrés dans l'histoire de la région et donc tout à fait légitimes.


Alors, bien sûr, il fallait des rebondissements et un bon motif pour le prince de rompre son pacte de paix avec les Turcs et introduire la créature maléfique qu'il allait devenir. Soit, c'est là qu'entre en scène le fantastique, et c'est plutôt bien vu, car Vlad III fut réellement celui qui rompit le pacte de paix avec l'Empire ottoman en 1462, en refusant de payer le tribut au sultan. Avec le soutien de la Hongrie (dernier rempart contre l'envahisseur musulman) et de son chef, Matthias Corvin, Vlad lance une immense campagne contre les Turcs, tuant plus de 30 000 hommes, mais perdra par là même le soutien de son propre frère et d'un bon nombre d'aristocrates valaches. Il dut s'enfuir à Târgovist, brûler ses propres villages, pour ne plus rien laisser aux Turcs. Lorsque le sultan Mehmed II arrive à Târgoviște, il est confronté à une vision d'épouvante : sur des centaines de pals, les corps de nombreux officiers turcs prisonniers sont dressés, une scène terrifiante qui fut surnommée « la forêt des pals » et qui marqua les esprits.

La légende de Vlad l'Empaleur était déjà en marche et ses exploits sanguinaires sont plutôt bien exploités dans le film. Jusqu'à faire mention des villages brûlés dans la scène de la grotte, lorsque Vlad affronte le monstre qui s'y cache et lui demande de lui donner ses pouvoirs. Cette scène, très réussie, permet à elle seule de définitivement voir le prince tel qu'il est vraiment, c'est-à-dire, déjà un monstre. 



"Ce n'est plus l'épée que les hommes redoutent, ils redoutent les monstres. Ils fuient devant eux. Mais parfois en sacrifiant un village, j'en épargne dix de plus. Le monde n'a pas toujours besoin d'un héros, il a parfois besoin d'un monstre" (dans la traduction française)



La mort de Mirena

Comme la splendide adaptation de Francis Ford Coppola, le film s'appuie également sur l'idée de l'amour éternel. Vlad est fou amoureux de sa femme à tel point que même la mort ne peut les séparer. La mise en scène de la mort de Mirena est en accord avec la légende de notre empaleur, puisque la femme de Vlad III perdit la vie en tombant de la falaise que surplombe la forteresse de Poenari, alors assiégée par l'armée turque. 



Bien que Bram Stoker n'ait jamais fait état de manière claire et précise qu'une relation amoureuse s'était nouée entre Mina Harker et Dracula, ce fantasme populaire (et somme toute assez logique) fera du comte un être charismatique et romantique, mû par l'envie de revoir un jour son amour tant aimé. Dacre Stoker, lui-même, met en scène cette histoire d'amour dans son Dracula L'immortel publié en 2009, suite directe de l'œuvre de son grand oncle. Profondément enracinée dans la culture populaire cinéphile, il était difficile de faire sans et il aurait été même bien décevant de ne pas en faire mention.



Les janissaires

Autre fait historique qui est à la base même du conflit entre Vlad et Mehmed II, la volonté du sultan d'enrôler 1000 jeunes Valaques pour son armée.
Les janissaires ont réellement existé et formaient un ordre militaire très puissant et constituaient l'élite de l'infanterie de l'armée ottomane. Cette armée était principalement constituée d'esclaves chrétiens. C'est à partir du XIVe que les Turcs décidèrent de prélever régulièrement aux pays conquis des jeunes enfants chrétiens, âgés de 10 à 15 ans, pour les former et en faire des musulmans et des experts dans l'art de la guerre. Ce recrutement permettait à l'Empire ottoman de renforcer son armée tout en affaiblissant ses sujets chrétiens potentiellement insoumis.

Et le film dans tout ça ?

C'est, pour ma part, une réussite scénaristique et visuelle. Quoi qu'en pensent ses détracteurs, Dracula Untold pose des bases solides et réalistes (autant que faire se peut, nous parlons quand même d'un vampire, hein !) de la vie de notre prince et met en scène de très belles batailles. Vlad III se présente comme un grand guerrier, mais aussi un dirigeant qui doit faire des choix pas toujours catholiques pour la survie de son pays, un homme avec ses forces et ses faiblesses, que le sort conduira à faire LE mauvais choix. 


Luke Evans interprète son rôle avec justesse et force. Les nombreux Making-of présents sur le Blu-ray nous permettent de juger du réel effort de l'acteur (mais aussi du reste de la production) pour faire un bon film, il aime son personnage et cela se voit.

Le seul reproche que je pourrais faire, c'est le manque de sang à l'écran (même si chouchou est quand même effrayant, hein !)



Mention spécial pour la bande originale de Ramin Djawadi qui est une pure merveille (en voici un exemple)



Pour conclure, c'est une adaptation que je conseille vivement ; pour peu que l'on soit capable de mettre le classique de Stoker de côté, l'histoire qui se déroule ici, est d'un autre temps. 



Fiche Technique

Dracula Untold
Film américain de Gary Shore
Avec : Luke Evans, Dominic Cooper, Sarah Gadon...
Genre : Fantastique, horreur
Sortie française le 1er octobre 2014



mercredi 18 février 2015

Le Silence des Ténèbres

Dark-Hunters
Tome 13 : Le Silence des Ténèbres

de Sherrilyn Kenyon

Éditions J'ai Lu
Collection Crépuscule

Sortie le 5 décembre 2012


Présentation de l'éditeur :

Stryker, chef d'une armée de démons et de vampires, veut anéantir les dieux de l'Olympe et tuer les chasseurs de la nuit. Mais le retour de Zephyra, son ex-femme, pourrait bien ruiner ses projets en raison de son attirance pour elle.


Mon avis :

Ce tome est un peu à part puisque cette fois nous nous trouvons du côté des méchants. L'histoire de Stryker est passionnante à plus d'un titre et je dirais même que c'est assez jubilatoire de voir les évènements importants qui bousculent le monde des Dark-hunters à travers ses yeux.
Ses retrouvailles avec son ancien amour seront très musclées sans parler de la surprise de taille qu'elle lui apporte sur un plateau. L'ensemble nous permet de découvrir un Stryker touchant, toujours aussi machiavélique, mais avec un je-ne-sais-quoi d'émouvant qui le rend encore plus charismatique. Bien sûr, au final, il reste le méchant de l'histoire et l'ennemi juré de notre Atlante préféré, mais cette parenthèse, qui n'est pas sans importance dans l'univers des chasseurs de la nuit et qui apporte aussi son petit lot de révélations, fait grandement du bien à la saga.

mardi 17 février 2015

L'Unité

L'Unité
de Ninni Holmqvist

Édition : Le livre de poche
Sortie le : 13 novembre 2013



Présentation de l'éditeur :

Parce qu’elle vient d’avoir 50 ans et qu’elle est célibataire, Dorrit est devenue « superflue » et, à ce titre, doit rejoindre l’Unité. Un appartement lumineux et confortable, agrémenté de micros et de caméras de surveillance, lui a été réservé. Un écran de télévision, mais pas de téléphone ni Internet pour communiquer avec l’extérieur… En plus d’être logés, les résidents sont nourris, bénéficient de soins médicaux et peuvent consacrer leur temps au loisir de leur choix. Les nouveaux arrivants sont chaleureusement accueillis… avant d’être affectés à des groupes d’expérimentations médicales humaines. Le corps de Dorrit ne lui appartient plus : à chaque instant on peut lui prélever un organe au bénéfice de ceux qui vivent à l’extérieur et qui sont encore « utiles ». Tout est prévu dans le moindre détail. Sauf une rencontre qui va tout changer.

Mon avis :

Premier roman de Ninni Holmqvist, L'Unité est une grande réussite de par son sujet,  mais également de par la manière dont il est traité.
En effet, il n'est pas toujours évident d'écrire de l'anticipation mettant en scène des quinquagénaires et posant de vraies questions éthiques, sans tomber soit dans la parodie, soit dans le pathos. L'auteur évite avec succès ces écueils, tout en nous percutant la mâchoire de manière assez brutale. Disons-le tout net, L'Unité est un roman coup de poing que j'ai eu beaucoup, beaucoup de mal à oublier après lecture. D'ailleurs, j'ai lu ce livre issu de la sélection du prix des lecteurs 2014 du Livre de poche en février dernier et je ne m'en suis pas encore remise.

C'est l'histoire de Dorrit, tout juste 50 ans, qui devient « superflue ». Dorrit vit dans une société où, passé un certain âge (50 ans pour les femmes, 60 pour les hommes), on perd son statut d'individu si nous n'avons pas eu la chance d'être parents ou d'exercer un métier utile à la société. Alors on saisit tous nos biens et on nous emmène, sous bonne garde, rejoindre l'Unité. Là-bas, un appartement nous attend, confortable et agréable si on omet les micros et les caméras de surveillance. On y rencontre d'autres « superflus», il y a un cinéma, un théâtre, une bibliothèque, des patios arborés, des restaurants... la vie pourrait être douce finalement à l'Unité si on ne nous obligeait pas à suivre des protocoles expérimentaux et si nous n'étions pas obligés de donner, petit à petit, tous nos organes, jusqu'au don final.
Mais Dorrit va faire une rencontre décisive, qui va changer le cours de sa vie, du moins, pendant un temps...

Un roman d'anticipation glaçant, particulièrement bien écrit, qui met en exergue des questions sociétales importantes (la place de l'individu dans la société et, surtout, son utilité) et qui laisse planer, après lecture, un malaise très difficile à dissiper. 


vendredi 13 février 2015

Chai latte mon amour...


 Comme promis, voici ma recette maison testée et approuvée de chai latte (ou thé masala) avec le Chaï Impérial de chez Palais des thés.
Non, je n'ai pas d'actions chez eux, mais je les aime d'amour dans mon cœur, donc je n'hésite pas à leur faire de la pub.


Avant toute chose, sache que le Chaï Impérial est un thé déjà bien épicé, à toi de le tester avant de rajouter des épices. Pour ma part, le thé masala doit être TRES épicé, hein, du coup, je me suis concocté une recette maison digne de celle du Starbucks (je dirais même meilleure, mais ça, ce n'est que mon avis).

Dans une casserole, faire chauffer de l'eau et du lait (animal ou végétal, peu importe). Pour ma part, je dose au pif, mais généralement, c'est 1/3 de lait pour 2/3 d'eau.
Rajouter un bâton de cannelle, une étoile de badiane, 3 ou 4 grains de poivre noir, 4 gousses de cardamome verte, une cuillère à café de gingembre moulu, 1 clou de girofle, une bonne cuillère à soupe de sucre, voire plus. Il ne faut pas hésiter à sucrer, car c'est le sucre qui rehausse le goût des épices. À la base, pas mal de recettes de thé masala indien proposent de faire un sirop avant de mettre le lait, c'est pour dire. Faire mijoter pendant 10 bonnes minutes.
Ensuite, rajouter 2 ou 3 cuillères à café de thé noir (le Chaï Impérial ici), plus si affinités, mais c'est déjà pas mal. Diminuer le feu et laisser mijoter pendant encore 4 à 5 minutes. C'est prêt !


Plus qu'à passer au chinois et à déguster ! Tu peux terminer avec une touche de chantilly saupoudrée de cannelle si tu le souhaites.

Allez, je compte sur toi pour m'en donner des nouvelles !


Tu peux aussi déguster en tortillant ton popotin \o/