Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

mercredi 11 mars 2015

Le Chevalier errant suivi de L'Epée lige

Le Chevalier errant suivi de L’Épée lige
de George R. R. Martin

Éditions : J'ai Lu
Sortie le 23 mars 2009


Présentation de l'éditeur :

Qu'il joute ou qu'il guerroie, le chevalier errant n'a d'autres attaches que celles de son cœur, d'autre code que celui de l'honneur. Il loue ses services aux nobles causes et prend la défense des opprimés. Une ligne de conduite qu'a toujours suivie Ser Arlan de Pennytree, et qu'il s'est efforcé d'inculquer à son écuyer, Dunk. Mais la rencontre de ce dernier avec un garçon étrange, qui se fait appeler L'Oeuf, changera à jamais son destin. Un an plus tard, Dunk et L'Oeuf, désormais son écuyer, s'engagent au service de Ser Eustace Osgris, un petit seigneur acculé à la défaite par la Veuve Rouge. Leur mission, déjà ardue, va se compliquer du fait des relations qu'entretiennent les deux forces en présence !


Mon avis :

Prélude à la saga du Trône de fer, Le Chevalier errant nous permet de faire la connaissance de cet univers si riche en plein règne de la Maison Targaryen. Pour celles et ceux qui connaissent l'histoire tragique de cette famille et la difficile reconquête des 7 couronnes 90 ans plus tard, il est très jouissif de voir les « Dragons » dans toute leur splendeur et surtout de suivre les aventures de celui qui deviendra l'un des plus grands monarques de la famille, Aegon Targaryen.

Aegon, dit l'Œuf, est l'écuyer (par choix) de Messir Dunk, un chevalier errant un peu bancal, mais qui ne manque ni d’honneur ni de courage. Ensemble, ils vont vivre des aventures trépidantes au service de différents seigneurs, affrontant souvent le danger et surtout, en gardant le secret de la véritable identité de l'Œuf, ce qui ne manque pas de nous offrir quelques moments cocasses.

La première nouvelle (et certainement la plus passionnante) nous relate la rencontre de ces deux drôles de compagnons d'infortune et leur participation à un grand tournoi de chevaliers regroupant les plus grandes maisons des 7 couronnes : les Tarly, les Freys et, bien sûr, les Targaryen et les Lannister, entre autres.
Bien évidemment, les choses ne vont pas tourner à leur avantage, provoquant colère, confusion et coulée de sang.
Dans L'Épée lige, nos deux héros seront confrontés à La Veuve Rouge, la Dame de Froide-Douve, et leur rencontre sera plutôt explosive.

Un recueil très agréable à lire, autant pour les inconditionnels du Trône de fer que pour les néophytes. Peut-être même qu'il donnera à ces derniers l'envie de se lancer dans la lecture de cette immense saga.

lundi 9 mars 2015

Les imposteurs

Fille du Cimetière,
Tome 1 : Les imposteurs
de Charlaine Harris

Éditions J'ai Lu
Collection Semi-poche
Sortie le 8 octobre 2014



Présentation de l'éditeur :


Calexa est hantée par l'esprit de la victime d'un meurtre dont elle a été témoin. Pour s'en débarrasser, elle n'a d'autre solution que de sortir du cimetière où elle se cachait pour rétablir la justice.







Mon avis :

Charlaine Harris et Christopher Golden, deux grands noms du fantastique, se sont associés pour une série particulière, éditée sous la forme d'un roman graphique. Si la chose apparaissait plus qu'alléchante au départ, elle l'est moins après lecture. Certes, le format est novateur et les graphismes de Don Kramer et Daniele Rudoni sont intéressants à plus d'un titre, mais voilà, on s'ennuie un peu au fil des pages.
Pourtant, l'idée de départ était bonne : Calexa, une jeune fille paumée, se réveille dans un cimetière ne sachant plus qui elle est, ni comment elle a atterri ici. Elle décide finalement d'adopter le nom figurant sur la tombe devant laquelle elle s'est réveillée et de vivre parmi les morts jusqu'à ce qu'elle découvre ce qui lui est arrivé.
Il y avait là matière à raconter une bonne histoire, pleine de rebondissements et de révélations surprenantes. Au final, les pages défilent sans l'ombre d'une émotion et le tout est très vite oublié une fois l'album refermé.
Pour conclure, c'est une déception, mais maintenant que les éléments de l'histoire sont en place, le second tome nous réservera peut-être quelques bonnes surprises.

vendredi 6 mars 2015

La faille de la nuit

Mercy Thompson
Tome 8 : La Faille de la Nuit
de Patricia Briggs

Éditions Bragelonne
Collection BIT-LIT
Sortie le 3 décembre 2014



Présentation de l'éditeur :

Fuyant son nouveau compagnon violent, Christy, l’ex-femme d’Adam, fait un retour fracassant dans les vies d’Adam et Mercy. La cohabitation n’est pas simple. Surtout lorsque Christy décide de monter la meute contre Mercy afin de récupérer Adam. Et la situation empire lorsque son petit ami retrouve sa trace : les cadavres s’empilent et Mercy va devoir mettre ses problèmes personnels de côté pour affronter une créature bien décidée à réduire son monde en miettes !



Mon avis :

Une nouvelle aventure de notre coyote préféré ne se refuse jamais, d'ailleurs elles se font toujours trop attendre à mon goût. Cette fois, Mercy doit faire face à un ennemi des plus redoutables, celui qui vous pourrit la vie à plus d'un titre : l'ex-femme.
En effet, Christy, l'ex-femme d'Adam et mère de Jesse, refait surface, bien déterminée à reprendre sa place. Évidemment, comme la peste bubonique ne se répand jamais tranquillement, Christy ramène dans ses bagages un ex-petit ami jaloux et violent, et surtout, pas tout à fait humain.
Encore une fois, Adam et Mercy devront réparer les dégâts qui seront, disons-le, plutôt importants.
Voici un huitième tome toujours aussi passionnant qui flirte cette fois du côté de la mythologie Maya. Nous voyons notre Mercy aux prises avec de multiples sentiments : colère, doute, découragement, tristesse... Car le retour de Christy met à mal sa position au sein de la meute, mais bouscule aussi son couple jusqu'à remettre en question sa place en son foyer. C'est une facette qu'on ne lui connaissait pas et qui la rend encore plus attachante.
Bien sûr, nous avons notre lot de péripéties et de rebondissements, avec la fine équipe, le « Scoobygang » de Mercy, et c'est encore un grand plaisir de les voir à l'action.
En bref, un opus réussi, comme toujours, et qui se termine beaucoup trop vite. Quand on commence une série de cette qualité, il est très difficile de la lâcher, même pour un temps. Puisse Patricia Briggs nous offrir une suite très bientôt.

mercredi 4 mars 2015

Furie de flamme

Dragonfury,
Tome 1 : Furie de flamme
de Coreene Callahan

Éditions Milady
Collection BIT LIT
Sortie le 19 septembre 2014


Présentation de l'éditeur :

Les dragons vivent cachés parmi les hommes depuis toujours.
Mais la guerre opposant les Nightfury aux Razorback va mettre un terme à des siècles de clandestinité et pousser Bastian, leader de son clan, dans ses derniers retranchements.
Entièrement dévoué aux siens, ce dernier est confronté à un terrible dilemme : prendre pour compagne l’envoûtante Myst au risque de voir leur nuit de passion coûter la vie à la jeune femme, ou signer l’arrêt de mort définitif de toute son espèce…




Mon avis :

Une nouvelle série de romance paranormale qui met en scène des dragons sexys en diable, voilà qui avait de quoi nous émoustiller et peut-être apporter un vent nouveau dans un genre qui a du mal à se renouveler. L'excitation retombe rapidement puisqu'au final il y a comme une impression de déjà vu après lecture.
Pourtant, l'univers mis en place par l'auteur était plus que prometteur et les dragons sont peut-être les monstres les moins utilisés dans le bestiaire du fantastique.
Mais les schémas vus et revus du genre sont bien présents et l'influence de J.R. Ward beaucoup trop importante pour que l'ensemble paraisse crédible. On a du mal à évoluer dans la lecture sans penser aux frères de La Confrérie de la Dague Noire et ça finit par devenir très gênant.
C'est dommage car il y avait des bonnes idées, mais trop mal exploitées.