Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

mercredi 13 janvier 2016

007 Spectre







Synopsis :

Un message cryptique surgi du passé entraîne James Bond dans une mission très personnelle à Mexico puis à Rome, où il rencontre Lucia Sciarra, la très belle veuve d’un célèbre criminel. Bond réussit à infiltrer une réunion secrète révélant une redoutable organisation baptisée Spectre.
Pendant ce temps, à Londres, Max Denbigh, le nouveau directeur du Centre pour la Sécurité Nationale, remet en cause les actions de Bond et l’existence même du MI6, dirigé par M. Bond persuade Moneypenny et Q de l’aider secrètement à localiser Madeleine Swann, la fille de son vieil ennemi, Mr White, qui pourrait détenir le moyen de détruire Spectre. Fille de tueur, Madeleine comprend Bond mieux que personne…
En s’approchant du cœur de Spectre, Bond va découvrir qu’il existe peut-être un terrible lien entre lui et le mystérieux ennemi qu’il traque…


Après l'incroyable Skyfall (certainement le meilleur Bond de la franchise), Sam Mendes se devait de revenir derrière la caméra pour ce 24ème opus, qui conclu un cycle inégal mais qui nous aura offert un bon nombre de moments forts.
Il était très attendu donc, ce Spectre dont la com fut impeccable jusqu'à sa sortie. Pourtant, il y eut un bon nombre de déçus, difficile de tenir la dragée haute après Skyfall. Dois-je me compter parmi eux ? Pas totalement. 


Pour sûr, Spectre est un excellent James Bond pendant la première heure, et puis après, pouf, ça s'essouffle.
Tout était pourtant très bien parti, James qui enquête sur une mission très personnelle et qui finit par mettre en lumière des liens forts entre les derniers films de la franchise, soit depuis Casino Royal ; une scène d'ouverture spectaculaire (comme d'habitude) à Mexico pendant la fête des morts et superbement mise en scène ; l'implication plus importante de M, Moneypenny et Q dans l'intrigue ; Daniel Craig qui exécute toujours avec sobriété et force les gestes de notre espion préféré ; L'apparition, bien trop courte, de Monica Belluci en James Bond Lady (ne lui faisons pas offense en l'appelant James Bond Girl). 


 Et puis après, c'est le drame. Léa Seydoux fait son entrée et, malgré toute sa bonne volonté, nous perd en route.


Le fait que je ne l'apprécie pas en tant qu'actrice y est peut-être pour quelque chose. Cependant, à ce moment précis, l'intrigue devient plus fade, plus téléguidée pour nous emmener vers un méchant qui n'a pas la carrure d'un Chiffre ou d'un Silva. Déception donc, même si le film nous offre son lot d'action et d'explosions, mais également de moments forts.


Au final, le meilleur à retenir reste la collaboration assez jouissive de l'équipe restreinte du MI6, un peu comme un Scooby gang et c'est la bonne surprise de cet opus. 


Tout de même, je ne boude pas les plans d'une beauté stupéfiante, les clins d’œil fun et les « Bonderies » de l'adorable Daniel Craig. Spectre reste, malgré tout, un bon film d'espionnage. 


Fiche Technique

007 Spectre
Film Américain et britannique de Sam Mendes (2015)
Genre : action, espionnage
Durée : 2h30 mn
Avec : Daniel Craig, Christoph Waltz, Léa Seydoux...
Sortie française : 11 novembre 2015


 

mercredi 6 janvier 2016

La sorcière de Prince Island



La Sorcière de Prince Island
de Kendall Kulper

Éditions Hachette Black Moon

Sortie le 4 mars 2015
Format broché / 400 pages / Prix 16,00 €



Présentation de l'éditeur :

"Avery Roe n’a qu’un seul désir : devenir, après sa grand-mère qui l’a élevée, la prochaine Sorcière de Prince Island, dont le rôle est de protéger les marins. Mais sa mère a choisi pour elle un tout autre destin. Elle l’arrache à sa grand-mère avant qu’elle apprenne le secret des femmes de la famille. Prise au piège de sa mère, Avery ne peut plus utiliser sa magie. Il lui reste tout juste la capacité de deviner, en rêve, ce que l’avenir lui réserve. Des années durant, Avery cherchera à libérer la magie qui sommeille en elle. À seize ans, elle y est plus résolue que jamais. Parce que les habitants ont besoin de sa protection. Parce qu’elle aime Taneh, un séduisant harponneur aux étranges tatouages. Parce que, dans un rêve, elle a vu son propre meurtre. Or, nul ne peut supprimer la Sorcière de l’île de Prince Island…"

Mon avis :

Voilà un roman qui avait, au départ, tout pour plaire : un magnifique visuel de couverture aussi mystérieux que sombre, un résumé alléchant mettant en scène sorcellerie et menace. Mais après quelques pages, l'excitation retombe pour laisser place à l'ennui, avec le sentiment profond d'avoir été trompée sur la marchandise.

La Sorcière de Prince Island est à des années-lumières de ce que nous attendions ; les pages défilent sans que nous ne comprenions vraiment la route que l'auteur veut nous faire prendre. L’héroïne agace et peine à susciter l'intérêt du lecteur, comme l'ensemble de l'histoire, au fond, qui manque singulièrement de souffle et de magie. La déception est tellement présente que les quelques éléments qui auraient pu retenir notre attention sont invisibles. Bref, une lecture que l'on peut oublier totalement.





16,00 EUR
Achat Fnac

L'esclave du vampire



L'esclave du vampire
de Susan Krinard

Éditions Harlequin

Sortie le 1er juillet 2015
Format poche / 288 pages / Prix 6,95 €



Présentation de l'éditeur :

A peine vêtue, enchaînée sur le marché aux esclaves, Trinity tente d’oublier les regards des hommes qui passent devant elle. En aucun cas elle ne doit négliger sa mission : devenir la servante d’un maître vampire haut placé et obtenir des informations sur la situation politique de la citadelle. Pourtant, lorsque Arès, l’un des hommes les plus puissants de la ville, fait monter les enchères pour l’arracher aux griffes d’un de ses comparses, réputé pour les tortures qu’il inflige à ses esclaves, elle sent son cœur chavirer. Aura-t-elle la force et le courage de trahir cet homme si fort, si bienveillant à son égard ?


Mon avis :

Si Susan Krinard est une habituée des récits de l'imaginaire et sait mettre en place des univers riches et variés, elle ne parvient pas totalement à convaincre dans cet opus. Certes, le background est très bien maîtrisé et elle sait parfaitement mettre en scène ses personnages, mais ici, nous avons du mal à avoir de l'empathie pour nos deux héros dont les comportements sont maladroits et quelques peu agaçants. 
L’héroïne ne sait pas ce qu'elle veut, fantasme pour son maître au bout de quelques pages et souhaite essayer son lit, alors que sa mission est tout autre. Ce genre de schéma est très connu en romance paranormale et il fonctionne généralement, mais il demande tout de même d'être un brin travaillé de manière cohérente, afin que les protagonistes n'apparaissent pas comme des primates prêts à tomber la culotte dès qu'on leur dit bonjour.
Une déception donc, malgré tout le talent de l'auteur.




20,00 EUR
Achat Fnac