Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

dimanche 16 janvier 2011

Harry Potter et les reliques de la mort - Partie 1

Voici ma chronique du film écrite à l'occasion de la sortie du premier Mag ABFA / V&S
Première partie de l'épilogue de la saga, ce film se révèle bien plus intimiste et ne ressemble à aucun autre. Mais lisez plutôt ...


Harry Potter et les reliques de la Mort
Partie 1

Film américain / britannique réalisé par David Yates
Avec : Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson

Sortie : le 24 novembre 2010


Synopsis :

Le pouvoir de Voldemort s'étend. Celui-ci contrôle maintenant le Ministère de la Magie et Poudlard. Harry, Ron et Hermione décident de terminer le travail commencé par Dumbledore, et de retrouver les derniers Horcruxes pour vaincre le Seigneur des Ténèbres. Mais il reste bien peu d'espoir aux trois sorciers, qui doivent réussir à tout prix.

Bande annonce


Mon avis :

S'il y avait un film particulièrement attendu fin novembre, c'était bien celui-ci. Première partie de l'épilogue de la saga phare de ces 10 dernières années, Harry Potter et les Reliques de la Mort partie 1 est sans aucun doute un Harry Potter qui ne ressemble à aucun autre.
Pour celles et ceux qui ont lu le septième opus de J.K. Rowling, force est de constater que cette adaptation est la plus fidèle et la plus réussie de toutes.
Malgré les quelques petites absences qui ne gênent guère le déroulement de l'histoire, la tension quasi désespérée, l'angoisse liée à la prise du pouvoir du Seigneur des ténèbres sont parfaitement mises en scène. L'impression de temps de guerre est très bien rendue, les scènes où Ron écoute sans cesse la radio permettant aux résistants d'annoncer les personnes disparues sont poignantes et renforcent le sentiment d'occupation, référence à notre triste histoire commune où le sang et l'origine des hommes et des femmes d'Europe étaient jugés.
La période de fuite de nos 3 héros est accompagnée de nombreux silences et l'utilisation judicieuse de la musique beaucoup moins présente laisse un sentiment d'abandon. Harry, Ron et Hermione quittent la magie de Poudlard pour la triste réalité d'une vie qui s'annonce brutale, froide, meurtrière. La quête des horcruxes n'est pas sans difficulté et les moments de doute se mêlent habilement aux quelques passages d'euphorie quand le début d'une solution s'annonce.
Le style caméra portée renforce le réalisme de nombreuses scènes, notamment celle des Rafleurs, et les plans longs sur nos protagonistes subliment cette espèce de calme avant la tempête. C'est beau, maîtrisé de bout en bout, lyrique mais déroutant.
Certains déplorerons l'absence de scènes importantes du début, comme celle des adieux aux Durlsey, le mariage de Bill et Fleur survolé ou l'histoire de Dumbledore trop succincte qui apparaît plus comme un vieux fou naïf que comme l'être manipulateur et froid conformément à la trame narrative de Rowling. Mais qu'importe, elles font place à quelques scènes rajoutées d'une grande intensité. La plus réussie à mes yeux est celle du début où Hermione quitte son domicile et dit adieu à sa vie de moldu, la voir disparaître petit à petit de toutes les photos de famille est particulièrement douloureux.
Les personnes qui n'ont pas lu la saga et notamment ce septième opus (vous serez tous fouettés pour cet oubli impardonnable) risquent d'être déstabilisées et perdues par ce volet, voire ne pas l'aimer. Car il ne recèle pas de magie ostentatoire. C'est un film intimiste, profond, qui laisse place à l'émotion et à la psychologie des personnages. Quelques scènes comiques permettent de relâcher la tension mais l'ambiance générale du film est bien sombre, oppressante, lente et juste. Un grand moment de cinéma !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire