Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

jeudi 6 janvier 2011

La folie de Lord MacKenzie

Un très grand moment de lecture, une superbe histoire d'amour, un héros atypique en romance historique, du grand art !

La folie de Lord Mackenzie
de Jennifer Ashley

Éditions : J'ai Lu
Collection : Aventures et Passions
Sortie le 5 janvier 2011


Présentation de l'éditeur :

Il faut être fou pour demander une femme en mariage cinq minutes après l'avoir rencontrée! De fait, Ian Mackenzie a passé plusieurs années à l'asile où son père l'a fait enfermer. Bien que charmée par ce doux excentrique, la belle Beth Ackerley ne peut que décliner son offre. Elle est veuve et raisonnable. Mais voilà qu'il la suit à Paris et que tout s'accélère : Ian a beau se prétendre incapable d'aimer, un désir fou les jette bientôt dans les bras l'un de l'autre. Et Beth se sent perdre la tête pour son bel Ecossais, au mépris de sa scandaleuse réputation et des accusations de meurtre portées contre lui...

Mon avis :

Il y a très souvent dans la collection Aventures et Passions de J'ai Lu, des perles de la romance historique totalement insoupçonnées. Parce qu'elles sortent des schémas classiques du genre, parce que les protagonistes ont ce petit quelque chose qui vous accroche et qui illumine la petite ampoule au dessus de votre tête connotée «héros torturés inoubliables». La folie de Lord MacKenzie est tout cela à la fois et même plus.

Cette série de Jennifer Ashley nous raconte la vie de quatre frères écossais, mâles alpha par excellence dont l'histoire familiale est plus que compliquée et marquée par plusieurs drames. Il en ressort beaucoup de souffrance et un bon paquet de problèmes à régler.

Celle-ci débute par Ian MacKenzie, un personnage assez inédit en romance puisqu'il est atteint de ce qu'on appellerait aujourd'hui, une légère forme d'autisme. Mais à l'époque victorienne, il est bien évident que seul l'asile et les traitements brutaux sont de mises. Ian a le regard fuyant et ne peut regarder personnes dans les yeux. Il évolue dans son monde peuplé de cauchemars car il n'oublie rien. Doté d'une mémoire phénoménale, il enregistre tout. Des livres, des bribes de discussions qu'il ne comprend guère mais dont même deux ans plus tard il pourra vous en ressortir le moindre détail. Il manie les chiffres et les nombres avec dextérité sans vraiment en connaître la valeur, même les règles de bonne conduite en société relèvent pour lui d'un apprentissage automatique car elles n'ont pas de sens. Mais il faut faire bonne figure pour ne pas retourner à l'hôpital. Ian est fou, oui, et il a parfois des crises de violence difficilement contrôlables. La seule chose qui l'apaise ce sont les bols Ming. Il en est collectionneur et sait en reconnaître la beauté jusqu'au plus petit détail. La texture est douce et il les touche de manière presque révérencielle.
Quand il rencontre Beth Ackerley, elle l'apaise, comme ses bols. Une seule chose s'impose alors à lui, savoir si elle est «vraie» ou pas. Il veut la toucher, la sentir, la goûter. Elle devient son obsession, son refuge, son havre de paix.

Beth est une riche veuve qui vient d'hériter une petite fortune et qui souhaite raisonnablement faire un bon mariage. Mais quand Ian la poursuit, elle se laisse emporter par une passion dévorante, un jeu sensuel, érotique, très au-delà des convenances. Elle devient tour à tour maîtresse, courtisane, épouse et rien ne pourra la séparer de cet homme, que ce soit sa folie, ses frères ou les accusations de meurtre dont il fait l'objet.

Un livre poignant, qui met en scène des personnages forts et passionnants. Ici, point de demoiselles effarouchées qui s'évanouissent à la moindre vulgarité. Beth est une femme du peuple qui a vécu, qui a souffert et qui sait ce qu'elle veut. Elle n'est en rien écrasée par l'aura de Ian et le couple fonctionne à merveille. Nous faisons également la connaissance des autres frères MacKenzie, dont chacun aura sa propre histoire.
Un roman original, une écriture fluide, atypique, harmonieuse qui met parfaitement en exergue les caractéristiques de chaque protagoniste. Les frères MacKenzie sont en lice pour devenir des héros incontournables ! Espérons que l'éditeur ne nous fasse pas trop languir avant de publier la suite dédiée à Mac, l'artiste peintre de la famille.
Une lecture à ne surtout pas manquer !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire