Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

dimanche 9 janvier 2011

La fille du Shaman

Troisième opus des Dark-Hunters, voici l'histoire de Sunshine et Talon ! Une bonne dose d'humour, beaucoup de passion et un soupçon d'émotion, une réussite !
Et puis la rencontre avec l'être torturé de la saga, Zarek, qui est loin de nous laisser indifférent.

La fille du Shaman
de Sherrilyn Kenyon

Collection : Crépuscule
Éditions : J'ai lu
Sortie le 1er septembre 2010


Présentation de l'éditeur :

Par châtiment divin, le Celte Talon est condamné à perdre toute femme qui l'aimera. Pour oublier la mort de sa bien-aimée, Nynia, il jure obédience aux Chasseurs de la Nuit, sombres guerriers d'Artémis qui mènent un combat immémorial contre les Démons. Mille cinq cents ans plus tard, à la Nouvelle-Orléans, Talon sauve la vie de Sunshine, une jeune artiste vers qui, bizarrement, il se sent attiré. Jusqu'au jour où il comprend qu'elle est la réincarnation de Nynia. Dès lors, il la sait en danger. Afin de la préserver, il est prêt à sacrifier son bonheur, mais il ignore encore que leurs retrouvailles ne sont en réalité qu'un piège tendu par ses ennemis pour mieux abattre les Chasseurs de la Nuit...

Mon avis :

Troisième opus du Cercle des Immortels, la fille du Shaman met en scène le beau Talon, chasseur de la nuit celte que nous avions rencontré dans le tome précédent.
Chef de Clan pendant sa courte humanité, Talon que la vie n'a pas épargné a été maudit par Camulus, divinité guerrière celte. Ainsi le chasseur perdra tout être aimé et ce, jusqu'à la fin des temps.
Depuis des siècles il vit au fin fond du bayou avec les alligators pour seuls compagnons. Sa mission de chasseur de la nuit est sa seule préoccupation, occultant tout sentiment qui pourrait faire resurgir les douleurs du passé. Mais voilà qu'un jour, il tombe sur Sunshine, une belle femme aux cheveux noirs, artiste douée, tête en l'air et maladroite qui n'est autre que la réincarnation de sa défunte épouse Nynia. Dés lors, la survie de celle-ci sera sa priorité et le piège fomenté par ses ennemis le mènera à découvrir bien des choses sur son chef, le mystérieux Acheron …

Encore un coup de maître pour Sherrilyn Kenyon ! L'histoire de Talon est passionnante et sa relation avec Sunshine jubilatoire. En effet, la jeune femme au caractère bien trempé a la fâcheuse tendance de dire tout ce qui lui passe par la tête, ce qui nous offre des dialogues cocasses et des situations surréalistes pour un Celte de plus de 1500 ans. Imaginer le guerrier en peignoir rose, manger du tofu et se faire cordialement mettre à la porte le lendemain d'une nuit de sexe torride est jouissif et c'est ce qui fait la force de l'auteur. Au milieu d'une intrigue d'une grande intensité dramatique, elle arrive à nous faire rire en usant d'un humour toujours bienvenu et qui rend ses personnages terriblement attachants.
Mais les atouts de ce tome de se trouvent pas uniquement là, il nous permet également de faire plus ample connaissance avec Acheron, le chef des chasseurs de la nuit, envoûtant guerrier Atlante qui se retrouve bien malgré lui au centre de l'intrigue du roman. Avec parcimonie, Sherrilyn Kenyon sème des petits indices attisant notre curiosité et notre fascination pour celui que l'on surnomme T-Rex. L'introduction du personnage de Zarek ne passera pas inaperçu, chasseur impitoyable et sanguinaire, réputé incontrôlable, chasseur qu'Acheron protège envers et contre tous. Le quatrième tome, Le Loup Blanc, nous donnera certainement les clés de cette étrange affection...

Un récit tout sauf ennuyeux, une réédition décidément bienvenue qui nous donne des sensations de lecture rarement égalées. Que les dieux bénissent Sherrilyn Kenyon et ses Dark-Hunters !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire