Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

dimanche 6 février 2011

Frissons interdits

Un Lisa Kleypas tout en finesse ...

Frissons Interdits
de Lisa Kleypas

Éditions : J'ai Lu

Collection : Aventures et Passions

Sortie le 20 janvier 2010



Présentation de l'éditeur :

En 1830 à Londres, Lady Holly Taylor ne s'est jamais remise complètement de la mort de son mari. Celui-ci hante ses jours et ses nuits. Lors d'un bal, alors que Holly se tient à l'écart, un homme l'embrasse par méprise fougueusement. Mais ému par cette femme si émouvante, il veut bientôt en savoir davantage sur elle.

Mon avis :

La valse des rééditions des anciennes œuvres de Lisa Kleypas continue, avec Frissons interdits, véritable petit joyau d’émotions, de sensibilité et de sensualité.

Nous faisons la connaissance de lady Holly Taylor, jeune veuve vertueuse, mère d’une petite Rose de 4 ans, recluse depuis la mort de son mari. Ravagée par le deuil, Holly s’est coupée du monde pendant plus de 3 ans, vivant chez sa belle-famille, passant ses mornes journées à coudre et s’occuper de sa petite fille. Un jour pourtant, elle accepte une invitation à un bal, décidant qu’il était peut-être temps de renouer avec le monde extérieur.

C’est alors que dans la pénombre d’un salon, elle fait une étrange connaissance, celle d’un homme robuste, audacieux, loin des gentlemen de l’aristocratie anglaise qu’elle avait l’habitude de côtoyer. Celui-ci la prenant pour une autre, l’embrasse avec passion faisant renaitre chez Holly des sensations qu’elle avait oubliées depuis trop longtemps. Se rendant compte de son erreur et loin de s’en excuser, Zachary Bronson laissa repartir Holly avec regret, se jurant que cette femme serait, tôt ou tard, à lui.

La trame de cette histoire est des plus classiques chez Lisa Kleypas, la différence étant peut-être chez son héroïne. En effet, Holly est une jeune lady telle que l’aristocratie les a façonnée pendant longtemps : obéissante, prude, soumise, avec un sens démesuré de l’étiquette et incapable de faire fi des convenances, même si elle en meurt d’envie. La pression sociale et familiale, sans parler du souvenir de son défunt mari seront autant d’entraves à son bonheur, l’interdisant de vivre pleinement et fougueusement son désir et même son amour pour Zachary, cet homme revenu des bas-fonds de Londres, que la grande société anglaise n’acceptera jamais comme faisant parti des siens. Tout le long du récit, Holly sera partagée entre sa raison et sa passion pour cet homme, perpétuelle souffrance entre le désir et le sacrifice d’une vie vouée à la perfection pour l’honneur d’un titre, d’un nom, d’un fantôme contre lequel Zachary ne pourra se battre.

Zachary, quant à lui, est l’archétype même du héros pas bien né, roturier, ayant fait fortune en travaillant dur, comme l’auteur aime les mettre en scène. Ce n’est pas vraiment un homme de principes mais plutôt un être passionné, bousculant tout sur son passage, un ouragan provoquant chez les autres et en particulier chez Holly des vertiges d’émotions toutes plus contradictoires les unes que les autres. Autrement dit, il est terriblement vivant. Effrayée, mais séduite, Holly trouvera en Zachary l’étincelle de vie qui lui manquait.

Vous l’aurez compris, je pense, que ce livre est encore une véritable réussite, mais existe-t-il un mauvais Lisa Kleypas ? Cet auteur est capable, en quelque ligne, de vous retourner les sens et de vous submerger d’émotions. Du rire aux larmes, en passant par une délicieuse sensation particulièrement sexy, elle vous entraîne loin du quotidien et vous laisse comme une envie de voyage à travers le temps. Du bonheur, tout simplement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire