Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

dimanche 27 février 2011

16 Lunes

Honte à moi, je n'avais pas encore posté ici ma chronique de 16 Lunes écrite pour Onirik, à l'occasion de la sortie du livre. C'est maintenant chose faite ;-)

16 Lunes
de Kami Garcia et Margaret Stohl

Éditeur : Hachette Jeunesse
Collection : Black Moon
Sortie le 6 janvier 2010


Présentation de l'éditeur :

J'ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je ne puisse la sauver. Je me savais lié à elle d'une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse.

Si j'avais su qu'en même temps que cette fille, dont j'allais tomber éperdument amoureux, surgirait aussi une malédiction... Nous étions menacés. Et cette fois, j'allais devoir la sauver...

L'amour sera-t-il plus fort que le destin ?


Mon avis :

Voilà ce qui fut certainement le Black Moon le plus attendu de l’année 2010 , et force est de constater… que ce livre le mérite amplement. Prés de 600 pages d’une grande intensité, dans la tête d’un ado de 16 ans, amoureux de littérature au sein d’un lycée qui ne jure que par son équipe de basket et ses cheerleaders.

Ethan est un jeune homme un peu à part dans l’univers feutré de Gatlin, petite ville du sud des Etats-Unis où l’on célèbre la Guerre de sécession comme si sa vie en dépendait. Déjà, il est fils d’enseignant et d’historien. Ce qui, en l’occurrence n’a rien d’extraordinaire, sauf à Gatlin où parler de Bukovski ou de Harry Potter revient au même, c’est-à-dire se vouer à l’enfer. L’enfer étant bien sûr les âmes bien pensantes du coin, qui veillent à ce que sa jeunesse dorée ne croise aucuns étrangers susceptibles de leur mettre des idées folles en tête.

Ethan se sent donc très étriqué dans cette petite ville d’où son père est originaire. En parlant de son père, il passe toutes ses nuits enfermé dans son bureau à écrire et ses journées à dormir depuis que sa femme est morte. Ethan, quant à lui, fait d’étrange rêve depuis le décès de sa mère. Il rêve d’une jeune fille qu’il doit sauver et d’une douce mélodie, entêtante, persistante qui l’accompagne tout au long de la journée, même éveillé, jusqu’au jour où il l’a voit, la fille de son rêve, au volant d’un corbillard noir : Lena, la nouvelle du lycée. Dés lors, Ethan n’a plus qu’une idée en tête, lui parler de ses rêves étranges et faire sa connaissance, elle, cette fille si belle et si mystérieuse dont il se sent si proche !

Kami Garcia et Margaret Stohl nous offrent une romance originale, nimbée de fantastique qui vous ensorcelle dés les premières phrases. Point de vampires ni de garous ici, juste de la magie à l’état pur, qu’elle soit naturelle ou surnaturelle. Elle vous transporte dans une histoire d’amour telle que les ados sont capables de les vivres, passionnante, intense et sans concessions.

Vivre cette idylle à travers le regard d’Ethan est jubilatoire car assez nouveau dans le paysage fantastique actuel. Chaque chapitre est un plaisir, chaque moment partagé avec lui n’est que bonheur, que ce soit le récit de ses rencontres avec ses vieilles tantes sudistes, ses rendez-vous secrets avec Lena, ou ses balades en voitures avec Link, son meilleur ami, tout est bon tant ses émotions sont si bien retranscrites, les mots justement employés, les dialogues bien pensés.

Faire l’analogie avec la saga de Stephenie Meyer serait facile ici et pourtant bien infondée. Même s’il est aussi question d’un amour impossible entre un mortel et un être surnaturel, rien dans le récit ne s’apparente à la quadrilogie Twilight. Le contexte et les personnages sont bien différents, même la narration se distingue. Elle est plus masculine, plus sombre aussi.

Accessible à un jeune public (à partir de 12 ans), ce livre est une véritable réussite et nous lui souhaitons un succès aussi retentissant que ces illustres prédécesseurs chez Black Moon. Une lecture pleine d’émotion et de rebondissements, jamais ennuyeuse et captivante du début jusqu’à la fin.

Laissez-vous porter par la mélopée envoutante de 16 Lunes, vous ne le regretterez pas …

"Seize lunes, seize années,
Seize de tes pires peurs,
Seize songes de mes pleurs,
Tombent, tombent les années…"

1 commentaire:

  1. saga génial, facile a comprendre et a s imaginer. parfait pour les lecteurs fan de magie, de mystère et de passion. a la fin, on est presser d avoir le prochain car l'histoire est vraiment captivante!
    un 10/10 assuré

    RépondreSupprimer