Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

dimanche 6 février 2011

Succubus Heat

Quatrième tome de la série Succubus de Richelle Mead, toujours une réussite !

Succubus Heat
de Richelle Mead

Édition : Bragelonne
Sortie le 18 juin 2010


Présentation de l'éditeur :

Succubus Heat nous permet de prendre des nouvelles de Georgina, quelque peu déboussolée depuis sa rupture avec Seth. S’étant plongée à fond dans son travail, la succube est presque devenue incontrôlable.
C’est pour cette raison que le démon en charge de Seattle décide d’exiler temporairement Georgina dans le grand Nord – c’est à dire à Vancouver – afin qu’elle se calme un peu. Mais une fois sur place, la démone apprend la disparition de son patron.
Et le plus étrange, c’est que depuis que Jérôme s’est volatilisé, tous les immortels sous ses ordres ont perdu leurs pouvoirs. Alors qu’elle doit retrouver sa trace, et déjouer le complot qui se tisse dans l’ombre, une terrible vérité s’impose à Georgina : libérée de ses obligations, elle pourrait tout à fait consommer avec son ex… qui depuis s’est trouvé quelqu’un d’autre.

Mon avis :

Quatrième opus des aventures de Georgina Kincaid, Succubus Heat est un roman à la croisée des chemins. Nous y trouvons enfin les réponses à beaucoup de nos questions et nous sentons que l’histoire va prendre un nouveau tournant.

Georgina est dépitée suite à sa rupture avec l’amour de sa vie Seth. Elle est devenue un succube très actif, enchaînant les idylles sans lendemain comme sur une chaîne de production industrielle ne faisant plus vraiment cas des pauvres âmes des hommes qui passent dans son lit. Aigrie par sa vie, elle rend le monde entier responsable de son malheur … et agace profondément son patron, Jérôme, qui décide de l’envoyer sur le territoire canadien, prêter main forte à un autre démon qui tente désespérément de se débarrasser d’une bande de néo-satanistes boutonneux et particulièrement ennuyeux.

Mais alors que Georgina s’efforce d’accomplir au mieux la tâche qu’on lui a confié, un étrange phénomène se produit et celle-ci perd ses pouvoirs de succube. Jérôme, son supérieur hiérarchique, a disparu et personne ne semble se soucier de son sort. Tout en s’activant pour découvrir la vérité sur les derniers évènements, Georgina se retrouve devant un choix draconien … profiter de cette stase qui lui permet enfin de faire l’amour avec Seth ou rester fidèle à son amie Maddie. Son choix aura malheureusement des conséquences immuables, l’amour pouvant autant mener au paradis qu’à l’enfer …

Il est des héroïnes et des séries qui vous sont particulièrement attachées. En ce qui me concerne, c’est le cas pour cette saga atypique. Pourtant, Georgina n’est pas une héroïne forte qui se bat pour sauver le monde. Il ne se passe rien de particulier, juste le récit de la vie de quelques immortels qui essaient, tant bien que mal, de mener une existence banale. La force de cette série réside dans sa faculté à mettre en avant les êtres les plus oubliés du genre, à savoir les humains. Ici, ils ne sont pas des boulets complètement dépassés par les évènements, incapables d’assurer leur survie. Ils sont les éléments perturbateurs. L’espèce enviée, tant pour ses capacités à affronter sa mortalité que sa faculté à mener une vie tout à fait normale. Vivre, travailler, sortir avec des amis, s’aimer, fonder une famille … autant de choses qui sont refusées aux êtres infernaux, héros majestueux, qui pourtant n’ont qu’un seul souhait, vivre comme le commun des mortels.

Succubus Heat s’attache à mettre à nu les sentiments de Georgina. Qu’ils soient bons ou mauvais, ils sont les personnages principaux de ce roman. Tantôt aimante, tantôt haineuse, elle passe d’une émotion à une autre très facilement selon les évènements et ses réflexions et face à sa détresse, nous ne pouvons que nous émouvoir devant autant d’humanité. Ce qu’elle vit ressemble indéniablement au deuil que nous devons tous faire de nos rêves passés, de nos histoires, de nos ruptures. De celles qui vous font avancer. Quand enfin arrive l’acceptation, la libération n’est pas vraiment là, mais la force de passer à autre chose commence à montrer le bout de son nez. Alors la vie ne vous paraît plus aussi insurmontable et l’espoir peut recommencer à prendre place. Voici l’histoire de Georgina.

Il y a bien sûr des ombres au tableau, c’est inévitable. Et des personnages importants vont souffrir et changer à jamais. Nos choix ont toujours des conséquences inattendues et pas forcément positives. Mais la fin du roman nous annonce un cinquième tome tout aussi passionnant et l’apparition de personnages disparus promet des intrigues à venir plus qu’intéressantes.

Un quatrième tome tout aussi réussi que les précédents, un plaisir de lecture rarement égalé en ce moment !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire