Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

mercredi 16 février 2011

Prédatrice de la nuit


Septième opus des Dark-Hunters, un grand moment avec Valerius et Tabitha ! de l'humour mais aussi beaucoup d'émotion, j'adore !

Prédatrice de la nuit
de Sherrilyn Kenyon

Collection : Crépuscule
Édition : j'ai lu
Sortie le 3 décembre 2010


Présentation de l'éditeur :

Valerius Magnus fait partie des Chasseurs de la Nuit qui le haïssent à cause de ses origines romaines. Depuis vingt siècles, il lutte contre les Damnés. Lors d'une échauffourée dans les rues de La Nouvelle-Orléans. il rencontre Tabitha Devereaux. Immédiatement, il est fasciné par cette humaine qui se bat comme une panthère contre les vampires. Le prenant pour un ennemi, elle n'hésite pas à le poignarder, avant de le recueillir pour le soigner. Valerius lui découvre alors bien d'autres attraits, même s'il s'interdit d'aimer une mortelle. Autrefois, une femme a perdu la vie par sa faute. Il sait qu'il est condamné à une solitude désespérée. Pourtant, quand le danger menace Tabitha et les siens, il est prêt à tout pour les sauver et se prend à rêver d'une deuxième chance...

Mon avis :

Un septième opus qui laisse place à l'humour car il met en scène le couple le plus improbable de toute la saga, Valerius Magnus et Tabitha Devereaux.
Le premier est certainement le Chasseur de la nuit le moins aimé. Fils d'un grand général romain, il balade des casseroles aussi imposantes qu'un viaduc. En effet, il est le demi-frère de Zarek, et a donc été témoin des maltraitances de son frère sans pour autant le sauver. Zarek, devenu dieu depuis, se régale de lui envoyer quelques tornades personnelles dès qu'il s'ennuie.
Comme si cela ne suffisait pas, il est aussi le petit fils du général romain qui a torturé et tué Kyrian, ce qui lui vaut la haine de tous les écuyers des alentours, Nick s'arrangeant allègrement pour parfaire sa réputation.
Forcément, pour faire face à cette masse de problèmes souvent injustes, Valerius se pare d'un caractère hautain et asocial, construisant des frontières entre lui et le reste du monde, se complaisant dans sa solitude et sa révérence pour un passé révolu. Noble de naissance, il n'exige que le meilleur, de préférence d'origine italienne, que ce soit la nourriture ou les habits. Ses manières polies, courtoises, distinguées mais austères finissent par hérisser le poil de ses pairs, aussi la communication a du mal à passer.
Sa rencontre avec Tabitha est plutôt impromptue. Notre tueuse de vampires préférée, sœur jumelle d'Amanda, la femme de Kyrian, poignarde Valerius par accident. Forcément, cela crée des liens.
Les tourtereaux vont apprendre à se connaître, à s'apprécier et même plus. Mais, leur relation sera mal perçue par la famille de Tabitha et surtout par Kyrian qui voue une haine féroce au romain.
Et les problèmes ne font que commencer …

Comme toujours, Sherrilyn Kennyon sait manier émotion et humour pour nous offrir une lecture agréable et jubilatoire et le couple Valerius Tabitha fonctionne à merveille !
Mais il n'est pas uniquement question d'amour dans ce tome, car nous en apprenons beaucoup également sur le chef des chasseurs Acheron, qui nous montrera ses faiblesses et surtout ses colères au dénouement dramatique et irréversible. Une page se tourne et rien de sera jamais plus pareil pour notre guerrier Atlante.
L'émotion sera de la partie car nos héros vont vivre des moments très douloureux et il sera difficile de refermer ce livre le sourire aux lèvres. la suite de la série promet d'être particulièrement virulente.
Encore une réussite pour une saga irrésistible et addictive dont la singularité nous séduit de plus en plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire