Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

dimanche 6 mars 2011

L'Enfant du guerrier

Peut mieux faire !

L'enfant du guerrier
de Denise Lynn

Editions : Harlequin
Collection : Les Historiques

Sortie le 1er février 2011




Présentation de l'éditeur :

Angleterre, 1142. Lea, la fière et indomptable maîtresse de Montreau, refuse de s’unir docilement avec le nouvel époux que le roi veut lui imposer. Se remarier ? Jamais ! En revanche, elle est prête à tout pour empêcher l’armée royale d’annexer ses terres. A tout, même à renoncer à sa vertu en séduisant l’émissaire dont on lui a annoncé la venue. Si elle y réussit, et surtout si un enfant naît de cette étreinte, Montreau aura l’héritier providentiel dont Lea a besoin pour demeurer libre. Mais alors que la châtelaine se réjouit déjà de son plan, elle voit de nouveau s’assombrir son horizon : car l’émissaire tant attendu n’est autre que le ténébreux Jared de Warehaven, l’homme qu’elle a passionnément aimé jadis, le guerrier qui a allègrement piétiné son cœur au nom du devoir et de l’honneur…

Mon avis :

Voici une romance historique médiévale plutôt classique, avec son lot de non-dits, de quiproquos à l’arrière-goût de vengeance personnelle. La quatrième de couverture remplissant parfaitement son office, nous n’allons pas revenir sur l’histoire mise en place. Celle-ci offre de nombreux rebondissements, souvent prévisibles, mais qui du coup, évitent l’ennui à la lecture. Cependant, force est de reconnaître qu’il manque un brin de passion, un je-ne-sais-quoi qui caractérise un roman réussi.

Pourtant les ingrédients sont là : un contexte historique plaisant - un brin sauvage qui laisse place à l’imagination - deux protagonistes forts en tête, dont les échanges sont chargés de tension, des méchants machiavéliques, et une bonne dose de trahison. Mais voilà, nous n’arrivons pas à nous émouvoir pour les héros et du coup, nous restons à la surface, incapable d’entrer totalement dans le récit. Est-ce dû au livre lui-même, au style de l’auteur ? Peut-être. Mais le fait est que les parutions étant nettement supérieures ailleurs, nous devenons, peut-être, un peu difficiles.

Une romance qui ravira sûrement les passionnées du genre, mais qui manque singulièrement d’originalité. Dommage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire