Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

samedi 5 mars 2011

L'Amant Révélé

Et hop ! c'est au tour de Butch d'entrer dans la danse ^^

La confrérie de la dague noire, tome 4 : L'Amant Révélé
de J.R. Ward

Édition : Milady
Sortie le 3 décembre 2010


Présentation de l'éditeur :

Butch O'Neal est un battant de nature. Il a eu la vie dure, c'est un ancien flic et il est le seul humain autorisé à rester dans le cercle très fermé de la confrérie. Et pourtant il veut s'enfoncer encore plus dans le monde des vampires et s'engager dans la guerre contre les Eradiqueurs. Il n'a rien à perdre. Son cœur appartient à une vampire femelle, une aristocrate de toute beauté qui est largement hors de sa portée. S'il ne peut l'avoir elle, au moins il peut se battre au côté de ses frères...


Mon avis :

Quatrième volet de La Confrérie de la Dague Noire, L'Amant révélé est consacré à Butch. Le bien aimé humain, ex-flic, qui vit au sein de la Confrérie sans vraiment en faire partie. D'ailleurs, tout le problème est là. Il n'est qu'un humain qui vit au crochet d'une bande de guerriers vampires pleins aux as. Il ne possède rien qui ne lui soit offert par ses nouveaux amis et sa sensation de malaise ne fait que grandir quand il constate qu'il n'a rien à donner à celle qu'il aime, Marissa.
Rencontrée lors du premier opus, Marissa est une noble, membre de la Glymera et l'ex shellane de Kholer. Leur rencontre avait été explosive, mais voilà, depuis, Marissa refuse de revoir Butch.

Persuadé que son refus relève du dégoût de sa condition (d'humain et d'assisté), il tombe plus profondément dans sa dépression alcoolisée. En sortant du Zéro Sum, Butch défend un civil attaqué par des éradiqueurs. L'enfer se déchaîne alors et il se retrouve acculé, torturé, jusqu'à sa rencontre avec l'Omega qui scelle son destin de façon définitive. Seuls Marrissa et Visz, son co-locataire et meilleur ami, parviendront à le ramener vers la lumière.

Si l'histoire de Zsadist avait été profondément poignante, celle de Butch n'en reste pas moins touchante, et ce, pour plusieurs raisons. Premièrement, sa nature. Humain au milieu d'êtres surnaturels, constamment mis à l'écart de l'action pour sa fragilité, Butch est tout de même un homme fort et dominant qui a du mal à accepter d'être mis sur la touche. En toute logique, il tente autant que faire se peut d'aider ses frères, mais son absence d'implication physique le mine. Il se sent inutile et honteux de profiter de la générosité de la Confrérie alors que son action est limitée.
Son intervention auprès du civil va changer sa vie de manière radicale et lui offrir une chance de changer cet état de fait. Sortir de sa condition humaine pour intégrer pleinement la société vampire dont il se sent si proche sera son salut, sa rédemption, et lui permettra de faire la paix avec son passé, sa famille.

Sa relation avec Marissa est belle mais elle est totalement occultée par ses liens avec Visz et c'est la seconde raison pour laquelle ce récit est si atypique et particulier. Au final, on se demande si la véritable histoire d'amour n'est pas là, entre ses deux mâles si différents et en même temps si proches. L'on se surprend à attendre le moindre dialogue, leurs échanges étant ponctués d'ambiguïté, de chaleur et de tristesse. De l'émotion en barre et c'est la gorge serrée que nous suivons l'évolution de leur relation. Bien sûr, l'histoire de Butch et Marissa a un épilogue heureux, mais nous ne pouvons nous empêcher de penser à celui qui reste sur le carreau, dont le désespoir nous chagrine et nous touche.
Le cinquième tome lui est consacré, gageons que L'Amant délivré (paru en février 2011) sera tout aussi captivant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire