Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

mercredi 8 mai 2013

Batman année 1


Batman année un

de Frank Miller et David Mazzucchelli

Editions : Urban Comics
Collection : DC Essentiels
Sortie : le 27 juillet 2012


Présentation de l'éditeur :

Enfant, Bruce Wayne a vu ses parents se faire assassiner sous ses yeux. Après un entraînement intensif, il revient à Gotham City pour mener une guerre sans merci contre le crime... mais sa tâche ne sera pas aisée. 
Face à la corruption des autorités de la ville et leurs liens avec la pègre, Bruce, sous le déguisement du vigilant Batman, va forger une alliance avec un policier nouveau venu à Gotham : le lieutenant James Gordon. 
Batman - Année Un est devenu, dès sa publication en 1986, un récit incontournable dans la mythologie du personnage créé par Bob Kane, quelque 40 ans auparavant. 
Frank Miller (Ronin, Daredevil, Sin City), dans la continuité du travail entrepris dans The Dark Knight Returns, imagine cette fois les origines du personnage. Un récit enrichi en creux par le parcours de celui qui deviendra James Gordon. Sublimé par le traitement économe et réaliste de David Mazzucchelli (Daredevil, Asterios Polyp), ce récit complet fait aujourd'hui figure de classique, et se place naturellement parmi les meilleurs récits de super-héros.

Mon avis :

La genèse du chevalier noir revisitée par Frank Miller ne peut que passionner. 
Comment rester indifférent face à ces hommes magnanimes dont les failles et les parts d’ombre ne les rendent que plus humains ?
Le récit de Miller se veut sombre. Dans un Gotham où la corruption fait loi, seul deux hommes osent braver les codes et bousculer les méchants.
Souvent la frontière entre les deux est mince, mais ce qui fait la différence, c’est la détermination de celui qui, sous le masque, refuse de laisser la population de Gotham sans protection.

Le dessin de Mazzuchelli est très réaliste et sa retenue ne fait que servir l’histoire. Pas de couleur ostentatoire, pas de fioriture, l’ensemble se veut discret, subtil et aussi sombre qu’un polar.
Une œuvre majeure, à posséder impérativement par les fans de Batman ou par ceux qui veulent découvrir son univers.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire