Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

mardi 25 mars 2014

À chaque film il y a un comic épisode 5 : O Captain ! my Captain !





Bonjour lecteur,

Actualité oblige, j'ai envie de consacrer ce cinquième épisode au Soldat de l'Amérique, le grand, le vrai, le très musclé Captain America

Créé en 1940 par Jack Kirby et Joe Simon (mais il apparaît pour la première fois en 1941), le Captain est une réponse à l'angoisse des deux auteurs face à la situation des juifs en Europe. A l'aube de l'engagement des États-Unis dans ce conflit qui oppose l'Allemagne conquérante à une bonne partie du globe, il fallait un soldat, un symbole fort qui les accompagnera sur le front (je te rappelle lecteur que l'Allemagne a déclaré la guerre aux États-Unis le 12 décembre 1941) et combattra l'ennemi nazi (qui prendra le visage de Crâne Rouge). Le succès est immédiat, mais à la fin de la guerre, le Captain n'a plus lieu d'être. 


Pourtant, après quelques années de sieste, Kirby ressuscite notre Captain en 1963 dans Avengers #4, équipe qu'il ne quittera plus, même après sa dissolution, formant à sa suite les New Avengers. Il est mort plusieurs fois et a été ressuscité (c'est courant dans le monde du comic-book, ne fait pas les gros yeux !), mais celui qui a fait du Captain le soldat que tu connais lecteur, celui qui se rapproche le plus du cinéma, s'appelle Ed Brubaker, et je l'aime très fort dans mon cœur. 



Mais revenons si tu veux bien aux deux films, puisque c'est quand même le but de ce billet :

Captain America : First Avenger (2011) de Joe Johnston 



Synopsis : 
Captain America: First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy Carter, il sera confronté à la diabolique organisation HYDRA dirigée par le redoutable Red Skull.

Ce premier film, bien que n'ayant pas fait l'unanimité, est pourtant une réussite car il respecte assez bien le contexte de création du personnage et surtout, bien évidemment, son époque. Icône patriotique (et à juste titre, voir mon introduction plus haut), notre Steven Rogers n'est pourtant pas aussi lisse sur le papier, se rebellant parfois même contre l'autorité. Mais qu'importe, les éléments qui ont fait de notre héros un être à part et qui nourrissent notre admiration sont là et Chris Evans nous offre un Captain très juste et terriblement charismatique. 

Comment ça on voit pas sa tête ?



Captain America : The winter soldier (2014) Anthony et Joe Russo



Synopsis : 
Après les événements cataclysmiques de New York de The Avengers, Steve Rogers aka Captain America vit tranquillement à Washington, D.C. et essaye de s'adapter au monde moderne. Mais quand un collègue du S.H.I.E.L.D. est attaqué, Steve se retrouve impliqué dans un réseau d'intrigues qui met le monde en danger. S'associant à Black Widow, Captain America lutte pour dénoncer une conspiration grandissante, tout en repoussant des tueurs professionnels envoyés pour le faire taire. Quand l'étendue du plan maléfique est révélée, Captain America et Black Widow sollicite l'aide d'un nouvel allié, le Faucon. Cependant, ils se retrouvent bientôt face à un inattendu et redoutable ennemi - le Soldat de l'Hiver.



Je n'ai pas encore vu le film (pour rappel il sort mercredi en salle), tu pourras lire ma chronique bientôt. Mais il est une chose évidente c'est qu'il s'inspire directement de l'arc narratif d'Ed Brubaker (avec essentiellement Steve Epting à la partie graphique) publié par Panini en France sous le nom de Captain America : La légende vivante et réédité en Deluxe en 2012.


Si tu ne dois lire qu'un seul comic-book sur le Cap' lecteur, ce doit être celui-ci. Brubaker dépoussière un peu le mythe, donne plus de densité au personnage et l'entoure d'une intrigue fort palpitante, surfant parfois de près avec le polar ou le roman d’espionnage. C'est passionnant, beau et bien souvent bluffant et sache que ces épisodes posent les jalons d'un évent majeur de l'univers Marvel : Civil War

Bien sûr, d'autres titres sont disponibles, mais dont la continuité risque de rendre compliqué la lecture d'un néophyte. Cependant, si tu as envie de lire les premières histoires, une réédition des épisodes de Stan Lee et Jack Kirby est disponible en Marvel Classic. 


Voilà, cet épisode est terminé, si tu as des questions, tu n'hésites pas et je te donne rendez-vous dès jeudi pour mon avis sur Le soldat de l'hiver et certainement vendredi pour un nouvel épisode d' « À chaque film il y a un comic » où il sera question de gens qui font des choses bizarres, on les appelle les mutants.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire