Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

mardi 23 octobre 2012

Parce qu'il y a des moments où je gueule aussi !



Une autre billet du jour, et voui, à croire que j'ai envie de papoter avec vous aujourd'hui.

En fumant ma cigarette tout à l'heure, tranquillement, alors que Loki, mon chat, houspillait contre ces êtres étranges et envahissant le ciel que l'on appelle communément des oiseaux, m'est revenu à l'esprit une critique lue sur la page FB d'un magasine de ciné concernant le film Avengers.

Chacun ici sait que j'ai une passion pour l'univers des comics en général, et pour leurs adaptations ciné en particulier. Tout le monde sait aussi que je suis une fan incontestée d'Avengers. Cette critique, ou ce poste plutôt, relayait divers points de contradictions concernant le film, notamment le fait que Loki avait survécu, on ne sait comment, après le film Thor. Que par définition, il n'aurait pas du être le méchant de l'histoire. Erreur de scénario pour les uns, amateurisme pour les autres. Et là je me dis, non mais attends, savent-ils vraiment de quoi ils parlent ?

Déjà, s'ils avaient pris la peine de regarder la scène post-générique du film Thor, ces personnes plus intelligentes que les autres auraient compris que Loki était vivant, bien avant qu'il débarque à nouveau dans Avengers. Ensuite, ces mêmes personnes connaissent-elles vraiment l'univers Marvel ? 

Tout lecteur de comic books sait qu'en 60 ans de publication, beaucoup de scénarios entrent en contradictions, mais que ça fait partie du jeu. Que les héros de la série Thor sont, pour la plupart des dieux et sont donc, par définition, un peu difficiles à tuer. Que Loki est un dieu mais également un maître de la magie et qu'il n'avait pas besoin du Bifrost pour se déplacer dans les 9 mondes. Loki a souvent été banni d'Asgard, mais est toujours revenu, car un Thor, sans Loki, ça n'a plus de sens. Que la vie des dieux asgardiens est régie par un cycle, dont le Ragnarok est le point culminant, et qu'une fois tombés en héros, ces même dieux peuvent se réincarner grâce aux pouvoirs de Thor. Et que Thor et les Avengers, en vrai, ils n'existent pas. Eh oui, grande découverte, ce sont des super-héros  d'un univers multiple, qui n'existent que sur le papier, dans notre tête et dans notre cœur, alors que vient foutre la logique et le réalisme là dedans bordel ?

Je ne dis pas que le film est parfait, il ne l'est pas, et l'enthousiasme qu'il a suscité a pu nous faire oublier ses maladresses. Et alors ? Et si, pour une fois, nous prenions ces films jugés pour grands enfants pour ce qu'ils sont ? Un grand film de divertissement, avec des super-héros, de l'action et un gros méchant ? 

Je ne trouve pas les mots pour vous expliquer l'excitation que je ressens à l'idée de voir, dans quelques mois, le nouveau Iron Man. Que le prochain Thor, dont certaines scènes viennent d'être tournées en Islande (plutôt pas mal comme décors pour des dieux asgardiens non ? ) va sûrement être une tuerie, que je compte les semaines qui me séparent de Man of Steel. Et que je me fous royalement de savoir si oui ou non, le film sera « réaliste ». Peut-être serais-je déçue au final, mais il est évident que je vais aller le voir en connaissance de cause, venant chercher du grand spectacle, du plaisir, de l'émotion, et une furieuse envie, pendant deux heures, d'être en dehors de ma réalité. 

Ce billet ressemble un peu à un caprice, certes, mais défendre son point de vue en est un à l’heure actuelle. J'ai lu ici ou là, des avis très acerbes sur les films de ce genre et sur les personnes qui les regardent et les apprécient. Ça ne me touche pas particulièrement, mais aujourd'hui, j'ai envie de dire que la richesse se fait dans la diversité. Je peux lire du comics et de la poésie. Je peux passer, sans souci, de Patricia Briggs à Lisa Kleypas et revenir vers Hemingway. Je peux kiffer du Saubesty et pleurer sur du Baudelaire. Depuis quand la passion doit être raisonnée ?

De Rouille et d'os m'a bouleversée et je me suis marrée comme une baleine devant Kick Ass. J'ai adoré Avengers, The Dark Knight et je me suis effondrée devant The Deep Blue Sea. Il n'y a pas de règles, ni de conduite à tenir, quand l'amour du cinéma et de la littérature est en jeu, que l'on aime ou pas ce que nous lisons ou regardons. Seuls l'émotion, l'excitation, le plaisir ou à l'inverse les sentiments négatifs que ces diverses œuvres nous offrent comptent. On peut être en désaccord, être déçue et le défendre, mais de là à dire que l'autre est un abruti parce qu'il n'est pas en phase avec notre jugement bon ou mauvais, c'est renier ce qui fait de nous des êtres singuliers et ce que nous sommes capables d'apporter en ce monde. La diversité d'opinion nourrit, la connerie tue, qu'on se le dise.

3 commentaires:

  1. Amen ! Purée je suis totalement d'accord ;) Ca fait du bien ce genre d'article, merci <3

    RépondreSupprimer
  2. AVENGERS POWAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer