Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

mardi 31 juillet 2012

La splendeur des âmes

Un grand moment de littérature !

La Splendeur des âmes
d'Edith Wharton

Editeur : Presse de la cité
Sortie le 2 février 2012


Présentation de l'éditeur :

Issue de la bonne société new-yorkaise, Européenne d’adoption, elle passa une grande partie de sa vie en France, Edith Wharton n’a pas cessé de jeter un regard critique, voire féroce, sur un milieu qu’elle connaissait bien ni de témoigner d’une compassion humaniste pour les malheurs de ses contemporains.

Les femmes sont au cœur de son œuvre : femmes prisonnières de leur éducation, du carcan social, du pouvoir de l’argent, de leurs passions contrariées ou refoulées, femmes piégées dans un monde d’hommes. Celle que son ami Henry James appelait "l’ange de la dévastation" a su décrire la splendeur et la misère des âmes avec une liberté qui fait d’elle une pionnière de la modernité en littérature.

Mon avis :

Edith Wharton écrit sur ce qu’elle connaît le mieux, la haute société new-yorkaise du début du XXe siècle. Milieu cruel et sans concession, qui juge plus vite qu’il ne réfléchit, où l’apparence prévaut sur les sentiments. Chacun de ses romans suit le destin de femmes sacrifiées sur l’autel de la réussite sociale, dont les décisions pas toujours glorieuses les mèneront à leur perte quoi qu’elles choisissent, l’amour ou l’argent.

L’auteur ne traite jamais ses héroïnes à la légère, leur psychologie très fouillée en fait des femmes imparfaites, dont les actes peuvent tantôt agacer, tantôt émouvoir, mais rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Les thèmes qu’elle aborde, - l’apparence toute puissante, le pouvoir et l’argent, l’exclusion sociale - confèrent à ses romans une certaine modernité qui dépasse finalement le contexte de ses écrits. Ils sont toujours incisifs, féroces et terriblement bouleversants.

La splendeur des âmes regroupe ses romans les plus connus : Chez les heureux du monde, Les Beaux Mariages, Eté ; Le Temps de l’innocence et La Splendeur des Lansing. Un splendide omnibus, indispensable pour découvrir ou redécouvrir cette romancière atypique qui fut la première femme à recevoir le prix Pulitzer en 1921 pour Le Temps de l’innocence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire