Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

samedi 31 décembre 2011

La fille du vizir

La fille du vizir
de Lynna Banning

Edition : Harlequin
Collection : Les Historiques
Sortie le 1er aout 2009


Présentation de l'éditeur :

Espagne, 1167.
De son enfance très libre passée dans un palais mauresque de Grenade, Leonor a conservé une passion pour le chant gitan et un goût immodéré de l’aventure. Aussi est-elle impatiente d’aller rendre visite à sa tante en Navarre. Mais son père, le vizir Hassam, lui impose une escorte : Reynaud, un ténébreux chevalier de l’ordre des Templiers. Leonor, qui rêve secrètement du jour où elle pourra se donner corps et âme à un homme, est immédiatement conquise. Or, lié par son voeu de chasteté et obnubilé par sa mission, Reynaud ne semble pas enclin à lui céder...





Mon avis :

Voilà une romance qui ne manque pas de charme, mais parlons tout d’abord de ce qui fâche ! Ne recherchez pas la rigueur historique ici, vous ne la trouverez pas.
Lynna Banning, bien que passionnée par le Moyen Age, joue avec les codes de l’époque pour faire de son héroïne une femme indépendante (au 12e siècle !), de son héros un Templier froid au grand coeur (qui pleure de joie et d’amour... ), et de son méchant un Hospitalier (comme par hasard, les ennemis jurés des Templiers...) très très méchant.
Ceci dit, après un début un peu lent et difficile, on se surprend à vouloir connaître la fin. Preuve qu’au final, le style simple de l’auteur nous porte dans cette histoire "gentillette".
En conclusion, les aventures de Leonor et Reynaud sont jolies mais franchement pas inoubliables. A lire au coin du feu, par un temps de pluie, à l’heure du thé, si vous n’avez rien d’autre sous la main, bien sûr.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire