Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

jeudi 3 janvier 2013

Anno Dracula

Anno Dracula
de Kim Newman

Editions : Bragelonne
Collection : Terreur
Sortie le 26 octobre 2012


Présentation de l'éditeur :

Le comte Dracula n'est pas mort à la fin du roman de Bram Stoker. Il a épousé la reine Victoria, et règne désormais sur la Grande-Bretagne. Le vampirisme se répand, et les simples mortels sont mal vus. Dans cette version de Londres du XIXe siècle, des prostituées vampires se font assassiner par un mystérieux inconnu aux scalpels d'argent. Au coeur de l'enquête se croisent les personnages aussi légendaires que le docteur Jekyll, Moriarty, Fu Manchu ou encore le club Diogène.






Mon avis :

Centenaire de la mort de Bram Stoker oblige, les livres sur les vampires en général et sur Dracula en particulier sont légion cette année. Pour autant, Bragelonne a décidé de piocher dans les vieux pots, car c'est bien connu, c'est dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleures confitures. Mais quelle merveilleuse idée ! Publié il y a plus de 10 ans et passé quasiment inaperçu, Anno Dracula est une pure merveille tant par son originalité que par le vent frais que ce texte apporte, aussi étrangement que cela puisse paraître pour un récit qui date.

Édité pour la première fois par J'ai Lu dans la collection Ténèbres en 1999, Anno Dracula est un très bel hommage à Stoker : intelligent, original et surtout foncièrement novateur. En effet, Kim Newman ne s'est pas contenté de réutiliser le mythe, mais l'a réinventé, lui donnant une forme uchronique, utilisant maintes références aux personnages de fiction que nous connaissons tous sans que cela alourdisse le récit.
Nous ne reviendrons pas sur les éléments de l'histoire, la quatrième de couverture remplissant parfaitement son office, de plus, nous souhaitons laisser le lecteur découvrir par lui-même la fantastique richesse de ce roman. Sachez seulement à quel point il est plaisant de lire un tel titre, à l'heure où l'abondance de récits dystopiques et pseudo-fantastiques lasse et finit par ternir un genre qui a, pourtant, encore beaucoup à offrir.

1 commentaire:

  1. Je viens de voir qu'il y a une suite mais les critiques sur Amazon ne sont pas très bonnes.

    RépondreSupprimer