Moi, Stéphanie (aka Elaura),
administratrice du forum www.bit-lit.com,
rédactrice chez Onirik,
ma vie, mon œuvre, mes bafouilles.


De manière plus intime,
ce petit blog sans prétention est mon coffre à jouets.
J'y mets mes envies, mes lubies et mes coups de cœur,
sans logique ni plan sur la comète,
juste l'envie de partager avec vous mon joyeux bordel cérébral et affectif à travers
les livres, films, musiques qui croisent ma route.

Bonne visite ;-)

A chaque film il y a un comic... ou un truk du genre.

jeudi 8 août 2013

Period Dramas, mon amour...




Comme tu le sais lecteur, je suis une fan inconditionnelle de Jane Austen, des period dramas et de la romance historique de manière plus générale.

L'on pourrait se demander pourquoi les histoires d'amour quelque peu datées, surannées et d'une politesse exacerbée font battre mon petit cœur. A une époque où la romance érotique ou plus vulgairement les mummy porn sont à l'apogée de leur triste gloire, un très prude Raison et Sentiments de Jane Austen apparaît comme un O.V.N.I. Littéraire ou comme une tâche sur un étalage dédié à la bistouquette. Oh, comprends moi bien lecteur, je n'ai personnellement rien contre la littérature érotique, j'en ai lu beaucoup et de très bonne qualité. J'ai, par contre, beaucoup plus de mal avec les dernières parutions qui font bien parler d'elles, où, tu m'excuseras, la vulgarité prime sur la beauté.



Jane Austen donc, pour revenir à nos moutons, et ses magnifiques histoires qui finissent toujours bien. D'éclatants mariages d'amour malgré les différences de classes sociales, de caractères ou les années de séparation. Voilà qui fait réellement rêver les romantiques que nous sommes. Car oui, je suis persuadée, lecteur, que toi aussi, tu as l'âme d'un romantique.

Je parle de Jane Austen, car elle est certainement l'auteure dont les œuvres ont été quasi toutes adaptées à l'écran, qu'il soit petit ou grand. Mais je pourrais en dire autant d'autres auteures comme Elizabeth Gaskell, dont l'engagement social, à une époque victorienne où les femmes n'avaient que peu de place, est un véritable exemple de courage, ou les écrivains phares de romance actuels, comme Lisa Kleypas ou Mary Balogh. La romance historique a énormément évoluée, devenant aussi coquine et sensuelle à ses heures, mais toujours avec classe. Cependant, une chose primera toujours sur les scènes de sexe parsemées ici et là dans les romans actuels, c'est une intrigue bien construite, un contexte historique solide et une place de choix pour l'émotion, fer de lance de toute romance. Car il ne peut y avoir de belle fin sans sentiments.



Tu pourras me dire lecteur, qu'il est facile d’aimer une Lisa Kleypas, dont le style est tout de même bien contemporain. Mais qu'en est-il des Jane Austen ou Charlotte Brontë ? Je te l'accorde lecteur, le style exigeant de ces romancières demande une attention de chaque instant, mais quel plaisir ! Quel talent ! Et surtout, quelle formidable leçon que de se laisser porter par des mots et des tournures de phrases qui ne font qu'exacerber notre passion pour ces œuvres sans âge !

Je suis certaine que si tu ne t'es pas encore laissé tenter par l'expérience lecteur, tu auras la curiosité de te pencher sur la question. Et si tu n'es pas encore totalement convaincu, tu peux, dans un premier temps, visionner quelques adaptations. Certaine sont très réussies, d'autres moins, mais elles ont le mérite d'exister et surtout de nous immerger directement en plein cœur de l'Histoire (avec un grand H) de nos auteures préférées.

Je vais t'en présenter quelques une, celles qui m'ont le plus touchée, pour certaines devenues cultes et tu comprendras, je l'espère, l'objet de mon affection.




Orgueil et Préjugés de Simon Langton (1995 – BBC)




Mini-série britannique réalisée pour la BBC en 1995, Pride and Prejudice est certainement l'adaptation la plus culte de l’œuvre de Jane Austen et ce, pour deux raisons : la première est qu'elle est certainement la plus fidèle et qu'elle a présenté Jane Austen comme un écrivain qui, au-delà du classicisme, peut-être caustique et pleine d'humour. Cette mini-série a relancé l'intérêt des téléspectateurs pour ses œuvres.

La seconde raison, la plus importante à mes yeux : Colin Firth. LE Mr Darcy par excellence. Celui qui a été l'objet des fantasmes de milliers de femme à travers le monde. Je te vois sceptique lecteur et tu te demandes si je parle bien du même Mr Darcy de Bridget Jones ? Mais oui, tu n'es pas bien loin. Cette série et notamment ce Mr Darcy a inspiré Helen Fielding, l'auteure du Journal de Bridget Jones à l'origine du film du même nom. Pour le coup, retrouver Colin Firth dans le rôle de Mark Darcy fut une véritable jouissance pour les Janéites.





Orgueil et Préjugés de Jo Wright (2005)




Encore ? Mais oui, ce roman d'Austen est certainement le plus connu et donc le plus adapté. La version de Jo Wright est bien différente de celle de la BBC, moins fidèle mais bien plus poétique. Une mise en scène qui met en exergue la portée romantico-tragique de l’œuvre, une photo extraordinaire et une musique subtile et intense, voilà ce que la vision de ce réalisateur hors norme nous offre, rajoutant même ce que nous aurions aimé voir ou lire sans trahir l’œuvre originelle, comme un frôlement de main, des regards perçants ou des envies furieuses d'embrasser l'autre. C'est beau, tragique et magnifique à la fois.





North and South de Brian Percival (2004 – BBC)




Mini-série britannique réalisée pour la BBC, North and South est une adaptation du roman éponyme d'Elizabeth Gaskell ; Nous abandonnons un temps Jane Austen et la période régence pour nous consacrer à l'ère victorienne et aux balbutiements de l'industrie et des mouvements ouvriers. Loin du badinage romantique, l’œuvre de Gaskell n'en est pas moins une magnifique histoire d'amour où l'acceptation de la différence est centrale. En effet tout oppose Margaret Hale et John Thornton. Elle est la fille d'un clergyman et vient d'un sud paisible et routinier. Il est un manufacturier du nord et doit se battre pour garder sa position. Vision très juste de l'Angleterre des années 1850 avec ses divers antagonismes, North and South a eu un véritable succès, presque aussi important que celui de Pride and Préjudice. Mr Thornton magnifiquement porté par Richard Armitage au regard sombre a suscité un engouement quasi identique à Mr Darcy et quand on voit la bête, on comprend aisément pourquoi...




Raison et Sentiments d'Ange Lee (1995)




Magnifique film du très talentueux Ang Lee, Raison et Sentiments réuni à l'écran des monstres du cinéma britanniques comme Emma Tompson, Alan Rickman ou Hugh Grant. C'est aussi une vision particulière de Sense and Sensibility de Jane Austen qui met en scène les histoires d'amour de deux sœurs que tout oppose. La première, l'aînée, renonce à un amour qui semble pourtant partagé poussée par la raison et les convenances, la seconde, impétueuse, décide de vivre son amour pleinement et de le clamer à la vue de tous, jusqu'au moment où elle sera lâchement abandonnée par l'objet de son affection.

D'une interprétation sans faille, Raison et Sentiments rencontre un certain succès auprès du public, mais nous retenons surtout la prestation d'Alan Rickman, superbe en Colonel Brandon.





Persuasion d'Adrian Shergold (2007 ITV)




Malgré les différentes critiques, cette version de Persuasion reste ma préférée. Déjà, ce roman d'Austen est certainement celui qui m'a le plus touchée. J'attendais donc beaucoup de cette adaptation et je n'ai pas été déçue. Rupert Penry-Jones est magnifique de justesse en Capitaine Wentworth et Sally Hawkins campe une Anne Eliot qui correspond tout à fait à l'image que j'avais du personnage. Une femme discrète, dévouée à sa famille, pas particulièrement jolie mais qui recèle tellement de bonté qu'elle en devient belle. Le téléfilm met particulièrement bien en exergue la douleur de ces 8 années de séparation, le regret de l'un, les ressentiments de l'autre et la scène de lecture de la fameuse lettre du Capitaine est pleine d'émotion. A voir, assurément.





Northanger Abbey de Jon Jones (2007 ITV)




Quand Jane Austen se lance dans une satire du roman gothique, ça donne une œuvre atypique loin de son registre habituel, pleine d'humour et de sarcasme mais aussi un fervent plébiscite pour le roman en général, considéré comme de la sous littérature à l'époque de l'auteure. Pour le coup, il fallait que le téléfilm soit un brin décalé reflétant l'imagination débordante de l’héroïne, mais également la vie mondaine débridée de Bath. De plus, l'aura charismatique du héros masculin est ici toute particulière car Mr Tilney use et abuse d'un humour impertinent et il est en grande partie la source de la réussite du roman. Pari réussi pour cette adaptation qui nous offre une Miss Morland attachante dans son envie de devenir une héroïne de roman et un Mr Tilney qui ferait fondre un troupeau de nonnes.





Emma de Jim O'Hanlon (2009 BBC)




L’adaptation la plus réussie à mes yeux de l’œuvre éponyme d'Austen. Il en existe d'autres, notamment une hollywoodienne avec Gwyneth Paltrow, mais celle-ci est certainement la plus fidèle.

Mini-série de quatre épisodes, Emma réunit un très bon casting avec dans le rôle titre une Romola Garai très convaincante en Emma Woodhouse, Jonny Lee Miller en magnifique Mr Knightley et le très émouvant Michael Gambon en Mr Woodhouse. Cette version rend vraiment hommage à l’œuvre princeps car elle n'en oublie jamais la portée comique. S'il y a une seule adaptation d'Emma que tu dois voir lecteur, c'est bien celle-ci.





Jane Eyre de Cary Fukunaga (2011)




Je termine lecteur (car il faut bien finir un jour, avant que tu ne t'endormes au moins), par cette adaptation du roman de Charlotte Brontë. Oh il y en a eu légion, et de bien belles, mais c'est celle-ci qui a retenu le plus mon attention.

Non, ce n'est pas uniquement à cause de la présence du très beau Michael Fassbender, même si je l'avoue, depuis, j'ai du mal à voir Rochester autrement que sous ses traits ; C'est aussi pour l'aura atypique du film, une atmosphère victorienne particulière qui fait passer beaucoup d'émotions en peu d'images. La vision du réalisateur est belle et met particulièrement en exergue le besoin d'indépendance de l’héroïne. Pour moi, c'est à ne pas manquer.




Pour conclure lecteur, si je n'ai pas réussi à te convaincre, je m'en excuse. Je tâcherai de faire mieux la prochaine fois. Mais je pense que tu as quand même réussi à saisir pourquoi j'aimais tant ces belles histoires, non ?



Je crois que oui. Je pense que tu as compris que j'aime particulièrement les gentlemen avec des favoris et des chapeaux haut de forme, qui écrivent de magnifiques lettres avec de vrais mots, de vraies phrases et pas des textos à deux balles du genre « j'te kif té tro bone ta de gro s1 ». Des héroïnes qui, malgré les apparences, sont des femmes peu ordinaires qui luttent pour leur amour ou leur indépendance et j'aime surtout les histoires qui finissent bien. 
En un mot comme en cent, je n'aurais qu'une chose à ajouter … 

Voui, c'est moi seule et unique photo que vous aurez la chance (ou pas) de voir !

5 commentaires:

  1. Bafouille très intéressante ! Je suis contente de voir que je commence à apprécier cette époque romantique en ayant vu des films ou séries "cultes" dont tu fais un si bel éloge ! au plaisir de te relire !

    RépondreSupprimer
  2. Lorsqu'on commence à regarder un period-drama après c'est foutu... On ne peut plus s'en passer!!! J'ai une grosse préférence pour Emma 2009. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais carrément, ça devient addictif ^^

      Supprimer
  3. Magnifique, tous les films que j'adore, que j'ai vu ou que je vais voir, c'est vrai que ce n'est que du bonheur, il en faudrait plus des commes ça.

    RépondreSupprimer